Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Circoncision


Tirigo123

Messages recommandés

Bonjour,

 

Voila, je suis séparé de mon épouse depuis 2006, mon fils avait deux ans.lors du jugement de divorce, il était stipulé que la circoncision de notre fils ne pourra pas se faire avant ces trois ans ( on étaient tous les deux d'accord ) avec l'avis de son pédiatre habituel.donc, mon ex était d'accord sur le principe mais c'était l'age qui lui posait un problème et à moi également.Depuis deux ans, elle me dit que c'est encore tôt et je lui donnais raison sauf que cette fois ci elle a changé de cap et elle refuse catégoriquement.

Que dois je faire.je ne veux pas passer par les tribunaux ce qui va prendre bcp de temps et surtout je veux que cette opération soit faite avant qu'il soit scolarisé.

 

Merci d'avance pour votre aide.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 63
  • Création
  • Dernière réponse

Bonsoir,

 

En résumé :

 

- vous "voulez" (je reprends votre propre expression) que votre fils soit circoncis le plus tôt possible.

 

- votre ex-épouse, mère de l'enfant, qui en a la garde, ne le souhaite pas.

 

A défaut d'accord amiable, vous serez bien obligé de passer par la case tribunal ! Maintenant, que vous ayez gain de cause est une autre paire de manches...

 

Il me semble qu'il faut l'accord des deux parents, ou bien une raison médicale....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai du mal à comprendre, le tribunal pourrait donner son aval pour une mutilation d'enfant ? :eek:

 

+1 !

 

A ma connaissance aucun Tribunal ne s'est jamais formellement prononcé contre une circoncision :(...

 

Cette intervention peut être rendue nécessaire pour des raisons médicales (phimosis), et comme pour toute intervention chirurgicale sur un mineur, il faudra l'autorisation des DEUX parents ! si l'un des parents s'y oppose, et qu'il existe une prescription médicale, le Tribunal pourra ordonner qu'il soit procédé à l'intervention.

 

Maintenant s'il s'agit d'une opération "de convenance" uniquement pour des raisons religieuses, je ne suis pas sûre qu'un Tribunal l'accepte dés lors qu'UN SEUL des parents s'y oppose !

 

-----------

 

Je suis de l'avis de Lag0, lorsqu'elle n'est pas pratiquée pour des raisons médicales, la circoncision est de plus en plus souvent considérée comme une mutilation, au même titre que l'excision.

 

Mais on ne nous demandait pas notre avis sur la question..... :rolleyes:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il ya des millions de circoncisions dans le monde, il n'y a que chez nous que ça fait toute une histoire.

Bon moi je suis contre, mais il suffirait d'attendre la majorité de l'enfant et il n'y aurait plus de problème.

C'est de la chirurgie esthétique sans plus. C'est pas un problème religieux. Ni de santé.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il ya des millions de circoncisions dans le monde, il n'y a que chez nous que ça fait toute une histoire.

 

FAUX ! de nombreuses associations s'élèvent contre ce procédé, il y en a notamment au Canada.

 

 

Bon moi je suis contre, mais il suffirait d'attendre la majorité de l'enfant et il n'y aurait plus de problème.

 

Là je suis d'accord avec vous : que l'enfant choisisse à sa majorité s'il souhaite ou non être mutilé :o

 

 

C'est de la chirurgie esthétique sans plus. C'est pas un problème religieux. Ni de santé.

 

Alors là... j'en reste coite :eek:, qu'on puisse considérer une circoncision comme de la chirurgie esthétique me sidère........ il vaut mieux lire ça que d'être aveugle :cool:...

 

Et les références religieuses ne manquent pas en la matière, tout comme le fait d'une nécessité médicale, dans le cas d'un phimosis sévère.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour les causes médicales ça arrive. J'ai un neveu qui a dut etre opéré presqie a la naisance. Pauvre gamin il souffrait beaucoup C'est dommage.

Mais sinon coté esthétique c'est sur que c'est très prisé bien que discret.

Les questions religieuses, enfin c'est mon avis, c'est que les raisons des temps anciens c'était la santé dans les pays chauds mais que la pratique est restée en croyant que c'est religieux. Comme le cochon et autres pratiques qui ont une ancienne justification. Pour le porc, c'est toujours valable.

Mais les raisons religieuses sont très respectables même si c'est de la superstition.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Shintoku

Je pense qu'il serait bon de ne pas se lancer dans une discussion sans fin sur les raisons, les causes, les absurdités ou autre d'une ou des religions.

Deux religions à ma connaissance pratiquent la circoncision (c'est à dire une grande majorité de personnes).

Ici, il me semble assez évident que ce papa veut cette pratique pour un problème religieux. Qu'en est-il au niveau de la justice si l'un des parents est d'une confession et l'autre d'une autre ?

Le droit du culte est un droit fondamental, mais qu'en est-il juridiquement, lorsqu'il s'agit d'un enfant et d'un parent ayant l'autorité parental ?

Je crois que le vrai débat se situe ici. Nous n'avons pas à juger une religion, quelle quelle soit et encore moins un croyant.

Pour éviter de me faire lyncher, je précise que je suis complètement athée mais que je respecte les choix de chacun.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Yaka-de-retour

En relisant le post original je suis un peu surpris qu'un jugement de divorce stipule que l'enfant sera circoncis avant tel âge. Je n'ai jamais entendu parler de pareille disposition.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Shintoku
En relisant le post original je suis un peu surpris qu'un jugement de divorce stipule que l'enfant sera circoncis avant tel âge. Je n'ai jamais entendu parler de pareille disposition.

 

Je ne suis pas sure que c'était noté sur le jugement. Peut-être était-ce simplement un accord verbal avec la mère.

Le tribunal était-il français ? Ce qui peut paraitre impossible en france peut aussi être banal dans d'autres pays.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je l'avais bien dit, partout c'est banal , y aque chez nous que ça fait toute une histoire pour si peu.

A peine plus qu'un ongle in carné ou percer les oreilles. Avec la mode des cubes dans la figure et les clous en travers de tout, la circoncision c'est vraiment un truc de rien du tout.

Mais je suis quand même contre car je suis contre les cubes et les clous.

On peut mettre des os, mais la on passe pour des sauvages.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En relisant le post original je suis un peu surpris qu'un jugement de divorce stipule que l'enfant sera circoncis avant tel âge. Je n'ai jamais entendu parler de pareille disposition.

 

Dans l'absolu et en droit, le jaf est compétent pour tous les litiges concernant l'autorité parentale, c'est à dire notamment, les choix de vie concernant l'enfant.

Dès lors, s'il y a un conflit concernant un point précis soulevé par les parents, le juge est tenu de trancher le litige.

 

En pratique, des parents peuvent s'écharper sur tout. Cela va du choix de l'école, au choix de l'activité extra scolaire ou au choix du médecin (dr machin au lieu du dr truc)

"L'intérêt" du litige étant tellement faible par rapport au coût et au temps de la procédure, que l'on conseille dans 99 % des cas de laisser tomber.

 

Mais dans le cas de parents très déterminés, le juge n'a pas le choix que de rendre une décision, même si ça le gonfle ... et il le fait savoir, croyez moi !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Bonjour,

 

Voila, je suis séparé de mon épouse depuis 2006, mon fils avait deux ans.lors du jugement de divorce, il était stipulé que la circoncision de notre fils ne pourra pas se faire avant ces trois ans ( on étaient tous les deux d'accord ) avec l'avis de son pédiatre habituel.donc, mon ex était d'accord sur le principe mais c'était l'age qui lui posait un problème et à moi également.Depuis deux ans, elle me dit que c'est encore tôt et je lui donnais raison sauf que cette fois ci elle a changé de cap et elle refuse catégoriquement.

Que dois je faire.je ne veux pas passer par les tribunaux ce qui va prendre bcp de temps et surtout je veux que cette opération soit faite avant qu'il soit scolarisé.

 

Merci d'avance pour votre aide.

 

Je vais recadrer le débat ;)

 

Si je relis le post initial, il semblerait bien que le jugement de divorce ait précisé (sans doute à la demande des parents) que l'enfant ne pourrait être circoncis qu'une fois ses 3 ans révolus :o !

 

Tirigo123 : votre jugement de divorce a-t-il été rendu en France ?

 

Si oui, il suffira de demander l'application du jugement, ce qui ne sera pas facile à obtenir car si l'âge minimum est précisé (3 ans), rien n'est dit apparemment sur l'âge limite... ainsi si votre fils est circoncis à l'âge adulte le jugement sera respecté :rolleyes:

 

Si votre jugement a été rendu dans un pays étranger, et si vous vivez en France, il vous faudra saisir un Tribunal français pour trancher ce différend entre ex-conjoints concernant la circoncision de votre bout de chou...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour.

 

le mot juste de Nc175 est a méditer

Dès lors, s'il y a un conflit concernant un point précis soulevé par les parents, le juge est tenu de trancher le litige.

Dans le cas précis de l'affaire, le problème sera donc réglé par un jugement de Salomon.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour qu'il y ait un jugement de Salomon, il faudrait qu'un JAF mette les deux parties dans une situation telle que l'une d'entre elles change d'avis...

 

Dans le cas présent, le père semble "vouloir" absolument que son fiston soit circoncis avant d'entrer à l'école primaire, et la mère semblerait y être tout aussi farouchement opposée :rolleyes:

 

Je ne vois pas comment le Juge arriverait à faire changer d'avis l'un ou l'autre des parents...

 

Il est probable qu'il rendra une décision "dans l'intérêt supérieur de l'enfant" :

 

- soit qu'il considère la religion comme partie intégrante des intérêts de l'enfant (conforté en cela par le jugement de divorce), et dans ce cas il autorise la circoncision contre l'avis de la mère,

 

- soit qu'il estime que dans un pays laïque, les coutumes religieuses n'ont pas force de loi, et que la circoncision n'a pas lieu d'être imposée dés lors qu'elle n'est nécessitée par aucune raison médicale.... et il interdit la circoncision contre l'avis du père (et contre ce qui est stipulé dans le jugement de divorce).

 

A ce propos, il aurait été intéressant pour le fond de savoir si le jugement a été rendu en France ou dans un pays étranger.

 

Concusion : comme c'est souvent le cas, tout va dépendre du Juge :cool:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour..

Je vois que mon post fut mal interprété.

Pour régler le litige, Salomon réclama une épée et ordonna : « Partagez l'enfant vivant en deux et donnez une des moitiés à la première et l'autre moitié à la seconde

Dans le cas qui nous concerne une moitié sera plus grande que l'autre.

Mais c'est Salomon le Juge.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

- soit qu'il considère la religion comme partie intégrante des intérêts de l'enfant (conforté en cela par le jugement de divorce), et dans ce cas il autorise la circoncision contre l'avis de la mère,

 

- soit qu'il estime que dans un pays laïque, les coutumes religieuses n'ont pas force de loi, et que la circoncision n'a pas lieu d'être imposée dés lors qu'elle n'est nécessitée par aucune raison médicale.... et il interdit la circoncision contre l'avis du père (et contre ce qui est stipulé dans le jugement de divorce).

 

D'où tenez vous qu'il s'agit d'un problème de religion ? Je ne l'ai pas lu de la part de l'auteur de cette discussion, où j'ai loupé quelque chose ?

 

Et s'il s'agissait bien de ça, un juge est-il compétant en France, dans une république laïque, pour statuer sur un problème religieux ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous

 

Sur le plan juridique, la circoncision n'est pas illégale. Elle constitue une coutume religieuse ininterrompu et n'est considérée en droit que comme une violence légère (contrairement à l'excision).

On ne peut donc pas, en droit du moins, considérer la circoncision comme une violence volontaire.

 

Sur le plan religieux ou moral, c'est une autre question, mais est-ce vraiment le lieu pour en juger? :)

 

Très cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour.

 

On ne peut qu'abonder dans ce sens.

Il semble qu'un consensus se dégage des échanges qui précèdent.

 

Le conflit est familial. Entre le Père et le Mère divorcés.

Rien a voir avec la pratique religieuse.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Shintoku
D'où tenez vous qu'il s'agit d'un problème de religion ? Je ne l'ai pas lu de la part de l'auteur de cette discussion, où j'ai loupé quelque chose ?

 

Et s'il s'agissait bien de ça, un juge est-il compétant en France, dans une république laïque, pour statuer sur un problème religieux ?

 

Pour quelle autre raison ce problème aurait-il été mentionné dans un jugement de divorce et pour quelle autre raison le père y tiendrait-il tellement ?

Par contre, pour la 2ème partie de votre message, je suis d'accord. Je trouve assez étonnant de demander à un juge de statuer sur la future religion d'un enfant, dans la mesure où les parents sont de confessions différentes. Mais qui pourrait trancher si ce n'est lui ? Il me semble que pour un baptème chrétien, ils demandent l'autorisation des deux parents. Si ils sont dans l'impossibilité de s'entendre, l'enfant devenu adulte pourra choisir.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour quelle autre raison ce problème aurait-il été mentionné dans un jugement de divorce et pour quelle autre raison le père y tiendrait-il tellement ?

Ca, tant qu'il ne le dit pas, on ne peut que se laisser aller à des suppositions. Or, en droit, les suppositions...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Shintoku
Ca, tant qu'il ne le dit pas, on ne peut que se laisser aller à des suppositions. Or, en droit, les suppositions...

 

En droit peut-être, mais sur les jugements, elles apparaissent quand même. Mais ce n'est pas le débat et la raison du papa non plus. Si ce n'est qu'on en revient toujours au même. Un juge peut-il décider d'imposer une circoncision à un enfant contre l'avis d'un des parents ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Voila, je suis séparé de mon épouse depuis 2006, mon fils avait deux ans.lors du jugement de divorce, il était stipulé que la circoncision de notre fils ne pourra pas se faire avant ces trois ans ( on étaient tous les deux d'accord ) avec l'avis de son pédiatre habituel.donc, mon ex était d'accord sur le principe mais c'était l'age qui lui posait un problème et à moi également.Depuis deux ans, elle me dit que c'est encore tôt et je lui donnais raison sauf que cette fois ci elle a changé de cap et elle refuse catégoriquement.

Que dois je faire.je ne veux pas passer par les tribunaux ce qui va prendre bcp de temps et surtout je veux que cette opération soit faite avant qu'il soit scolarisé.

 

Merci d'avance pour votre aide.

 

Il est vraisemblable que l'avis du pédiatre a été versé aux débats et que le Juge s'est appuyé sur cet avis pour rendre sa décision sur ce point de l'âge minimum de l'enfant pour subir cette intervention.

 

Maintenant on ne sait pas si l'avis du pédiatre a été émis au regard d'une intervention par nécessité médicale ou pas.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Nadiagr24
      Bonjour, 
      Je souhaiterais calculer le montant d'une soulte. 
      Achat en 2015 sous le regime du pacs. 
      Rupture pacs effectuée 
       
      Maison évaluée à 300000 euros 
      Prêt restant :218000
      Apport personnel de 20000 euros 
      Mr a amené 10000 euros 
      Quel serait le montant de la soulte ? 
       
      Merci
    • Par Ungrandmercipourvotreaide
      Bonjour, 
      Mon mari a demandé le divorce pour rupture de la vie commune nous sommes mariés sous le régime de la séparations de biens. Il s'avère que celui-ci m'a fait une reconnaissance de dette en février 2017 qui est mise aux pièces du divorce (qui est un divorce compliqué) je voulais savoir s'il y avait un délai de prescription pour cette reconnaissance dette et me donner éventuellement les textes de lois afférents à cela
      Je vous remercie par avance 
      Ungrandmercipourvotreaide
    • Par Gui02
      Bonjour. Séparé depuis 8 ans, avec une très mauvaise relation. J'ai la garde de ma fille de bientôt 14 ans. Sa mère a décidé depuis juillet 2021 par le biais d'un courrier recommandé de ne communiquer avec moi que par le biais de courrier recommandé a l'exception d'urgence vitale concernant ma fille. Je cherche et ne trouve pas le fondement juridique. En effet se pose le cas de Noël un samedi cette année et donc le décalage du retour chez sa mère au samedi soir en lieu et place du vendredi habituel (alternance entre Noël et Nouvel An depuis la séparation) ce qui n'est pas une urgence vitale. Madame refuse mes appels pour lui signifier l'info et mon courrier donné en mains propres par ma fille. Alors que ma fille lui a dit et que sa mère a répondu aucun problème. Mais elle réclame le fameux courrier recommandé. Des gamineries de cour d'école mais bon ...
      Donc avez vous un texte de loi qui stipule le mode obligatoire de communication entre parents séparés ? 
      En espérant avoir été clair, merci par avance.
    • Par elot
      Bonjour,
      Mon conjoint étranger a déposé une demande de naturalisation dans la cadre de notre mariage. Après deux ans d’attente, nous recevons enfin une convocation de la Préfecture pour un rendez-vous dans 1 mois à une date et une heure très précises. Il nous est demandé de nous y présenter tous les deux, avec pour ma part un "certificat de nationalité française".
      Après renseignements j’apprends que le CNF s’obtient auprès du greffe du tribunal d’instance et que les délais vont de plusieurs mois à plusieurs années. Donc a priori, strictement impossible d’honorer notre RDV à la Préfecture, qui le sait sans doute pertinemment.
      J’aimerais donc savoir :
      -s’il est habituel qu’on demande au conjoint français de produire un CNF, alors que d’après la loi, le passeport et la carte d’identité suffisent à prouver sa nationalité française (https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F35695/0?idFicheParent=F18713#0 )
      -si en outre il n’est pas abusif que le tribunal, pour établir ma nationalité française, aille jusqu’à demander une copie du titre de séjour de mon conjoint étranger (quel rapport avec ma nationalité ?), en plus d’exiger mon acte de naissance, celui de ma mère, celui de mon père, celui de mon grand-père paternel, celui de ma grand-mère paternelle, notre livret de famille, celui de mes parents, l’acte de mariage de mes parents, l’acte de mariage de mes grands-parents, et notre avis d’imposition...
      J’ai vraiment l’impression que tout est fait pour nous mettre les bâtons dans les roues et me demande si ces exigences ne sont pas complètement abusives.
      Merci d’avance.
       
    • Par Ali75
      [Bonjour,]
      Un ami a quitté le domicile familial locatif après des mois de conflits, il a fait enregistrer une main courante à la gendarmerie pour signifier le contexte qui l'a amené à cette décision. Mais au bout de plusieurs mois, il vient de revenir au domicile contre la volonté de sa femme, avertie par SMS, est-il en faute?
      J'explique sa situation, la garde partagée des enfants est très difficile, cette famille vit en région parisienne où les loyers sont très onéreux. Il a demandé l'hospitalité  à  sa mère car il ne peut pas assumer deux loyers. Il assume en effet le loyer de l'appartement qui abrite sa femme, sans emploi, et  trois enfants (dont deux sont de lui).
      Elle lui a permis de prendre les enfants pendant les vacances mais est absente quand la période scolaire reprend, si bien que les enfants (4ans et 9 ans) ont 1h30 de trajet pour se rendre dans leur établissement scolaire, soit 3h de transport par jour, depuis le domicile de leur grand-mère.
      Quand il lui écrit par mail que les enfants sont très fatigués que ces conditions de vie ne sont pas adaptées à leur jeune âge, elle répond qu'il n'a qu'à prendre un appartement près de l'école et lui reproche de les avoir "trimballé" pendant les vacances, causant leur épuisement.
      Il a fini par se  présenter avec les enfants au domicile familial pour "plaider leur cause", seule sa belle-fille (19 ans) était présente et a refusé d'ouvrir. A force d'arguments, elle a ouvert  et a quitté le domicile en grande colère.
      La maman des enfants n'est pas au domicile, elle semble être en "vacances" dans son pays d'origine, le papa a donc installé ses enfants dans leur chambre et a fait le choix de rester pour assurer leur sécurité.
      Est-il en faute selon la Loi?
      [Merci pour l'aide que vous pourrez m'apporter]
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...