Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

L'auto-entreprise quel succès !


Messages recommandés

  • Moderateurs

Un article d'actualité de la Veille Juridique par Net-iris nous confirme le succès du statut d'auto-entrepreneur. Ce succès faisant l'objet de pas mal de discussions et lectures des discussions ouvertes sur le sujet, j'aimerais que nous en discutions les raisons.

 

Selon vous ce qui fait le succès, c'est l'esprit d'entreprise, les incitations fiscales et sociales, le besoin d'un revenu parallèle ou de remplacement en cette période de crise, autre chose ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 63
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour.

 

Mon premier messsage sur ce forum ne sera donc pas une question.

Ce qui m'a attiré sur Net-iris, c'est cette possibilité de participer à des débats.

Souvent les forums sont :

soit une foire d'empoigne,

soit un guichet ou chaque question posée reçoit une réponse stéréotypée.

 

Rares sont les lieux ou une instance dirigeante offre un espace d'ouverture et d'échange sur des sujets de la nature de l'auto-entreprise.

 

Passé ce paragraphe introductif, il faut donc maintenant justifier ma présence.

 

Pour lancer le débat souhaité par Animateur Communautaire, je donnerai donc un avis de praticien de l'entreprise classique:

Cette initiative bénéfique sur le plan individuel, s'agissant du point de vue de ceux qui l'utilisent ou qui souhaitent se lançer, ne me semble pas, sur le plan général, être une bonne mesure.

En effet, la distorsion, non de concurence, mais de droit tant sur la notion d'entreprise que sur le plan fiscal et social me semble préjudiciable à long terme à ce qui fait l'Entreprise, être moral distinct des individus qui l'anime.

 

Cette prise de position sera la seule de ce message, chacun devant s'exprimer.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il est vrai que ce statut particulier ne peut faire plaisir à tout le monde, pourquoi? :

 

+ Concurrence envers certains artisans et autres - mais vu les prix pratiqués depuis quelques années celà ne peut que faire réfléchir les "déjà établis"

 

+ lutte contre le travail au noir - et là une corde sensible des premiers cités est touchée,

 

+ Mais l'intêret premier est malgré tout un démarrage simple dans le monde des affaires.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Moi j'ai surtout l'impression que pas mal de gens utilisent ce statut pour essayer de compenser une perte de revenus (après un licenciement) ou sur incitation de l'employeur en guise d'alternative à un licenciement qui serait juridiquement hasardeux. Mais peut être que je me trompe...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

effectivement dans le cas d'une baisse de revenus c'est une voie à explorer.

 

mais encore faut-il avoir du temps à consacrer à cette double activité.

 

dans le cas de chomage malheureusement pas de soucis,mais pour une personne travaillant à temps plein, quand on connait le temps à consacrer pour développer une activité indépendante, celà me paraît plutôt compromis quant à l'avenir de l'entreprise.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Si la baisse de revenus vient d'un licenciement, le temps, normalement, on l'a ;) Et comme les chiffres du chômage montent, montent...

 

Pour une activité parallèle, vu les seuils de l'auto entreprise, de toute façon, ça ne sera pas une activité énorme hein ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous et merci pour cette discussion.

 

Je suis actuellement Travailleur Indépendant. A la base, il ne s'agissait pas vraiment d'un choix puisqu'étant formatrice et que tous les centres de formation dans ma région fonctionnent uniquement avec des indépendants, j'ai du m'y résoudre.

 

J'ai créé mon activité en 2007 et travaille depuis de manière plus ou moins régulière (sachant que la formation est une activité relativement saisonnière : d'octobre à début mai).

 

Mon CA n'est pas très important mais me permet de payer mon loyer ce qui n'est déjà pas si mal. Enfin me le permettait jusqu'à cette année.

 

J'envisage d'arrêter mon activité d'indépendant fin juin pour prendre celui d'auto entrepreneur début septembre et je vous explique pourquoi.

 

Le CA que j'ai dégagé l'année dernière est à peu près égal à 13000 euros, l'URSSAF me demande 1500 euros, la RSI 11800 et je n'ai pas de retraite complémentaire... d'ailleurs, comment pourrais-je la payer ?.... puisque le montant que l'on me demande de payer en charge correspond à quelques euros près à mon CA sans compter la majoration induite sur l'IR... j'en arrive donc à payer pour travailler puisque je suis sous le coup des taxations forfaitaires.

 

De plus, ayant des mois entiers de carrence (mai, juin, juillet, aout et parfois septembre) de travail, je trouve plus juste de ne payer effectivement des charges que sur le CA réalisé mensuellement.

 

je ne pense pas que ce statut tue l'entreprise en tant que telle. Par contre, qu'elle permette de lutter contre le travail au noir, dans une certaine mesure, surement. Dans mon domaine d'activité, un pourcentage relativement élevé d'intervenants travaillait au noir, de peur d'être assommé par les charges et poursuivis durant de nombreuses années par le fisc (dont on connait la ténacité légendaire en matière de recouvrement des charges...).

 

il faut noter en tout état de cause que les Centres de Formation (et pas seulement) ne sont pas étrangers à cet état de fait en tant qu'entreprise. Un centre de formation sans formateur ne peut fonctionner de même qu'une entreprise sans salarié. Alors pourquoi ne pas embaucher sous contrat ?..... la faute aux charges !!!! Ils ne veulent pas supporter le coût de la masse salariale. Or les formateurs sont tributaires des heures de cours qu'on leur attribue (sans avoir de réelle latitude pour négocier leur emploi du temps) ce qui limite les possibilités pour monter en nom propre d'autres formations.

 

Il serait peut être bon de voir étudier une fiscalité appropriée pour les entreprises au même titre que pour les auto entrepreneurs, peut être cela limiterait-il l'engouement pour ce statut et relancerait les embauches avec la relative sécurité que cela entraine (je parle de consommation, de relation avec les banques...)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

À mon avis le succès vient aussi de pas mal de fonctionnaires qui se trouvent ainsi autorisé à créer leur petite entreprise. Seul ombre au tableau et pas des moindres, cela sera limité dans le temps : un an et ensuite possibilité de renouveler d'un an, soit deux ans maxi. Ceux qui auront créé une activité qui marche, devront cesser ou quitter le fonctionnariat.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

À mon avis le succès vient aussi de pas mal de fonctionnaires qui se trouvent ainsi autorisé à créer leur petite entreprise. Seul ombre au tableau et pas des moindres, cela sera limité dans le temps : un an et ensuite possibilité de renouveler d'un an, soit deux ans maxi. Ceux qui auront créé une activité qui marche, devront cesser ou quitter le fonctionnariat.

 

Vous vous trompez July. Cela fait déjà pas mal d'années qu'on pouvait faire ce que vous dites, sans attendre le statut d'auto-entrepreneur

On a annoncé aux fonctionnaires qu'ils pourraient en effet devenir auto-entrepreneurs et beaucoup attendaient cela avec impatience ( catégories C surtout vu les salaires ...) Ben ils sont sacrément déçus vu qu'ils ne peuvent créer leur entreprise qu'avec l'accord de leur hiérarchie, qui peut refuser ( de façon pratiquement discrétionnaire), qu'il ne faut pas que cette activité soit incompatible avec leur statut de fonctionnaire, etc, etc ...Bref, y'a pas grand chose qui a changé

 

Pour le reste, comme d'hab, je ne vais pas tourner autour du pot et donner le fond de ma pensée

L'auto-entreprise permet

- de croire qu'on va pouvoir monter une boîte sans un rond ( suite de l'idée géniale des EURL, SARL et maintenant SAS à un euro de capital :cool: )

- de croire qu'on va pouvoir monter sa boîte sans aucune connaissance en commerce, gestion ou droit ( je suis allée à une réunion de la CCI dans ma région sur le thème de l'auto-entreprise et j'en suis sortie atterrée : le public était composé de personnes voulant se mettre en AE : une sur deux ne fait pas la différence entre CA et bénéfice, ne sait pas ce qu'est une étude de marché et à un projet complètement loufoque )

- d'être une aubaine pour le fisc qui va pouvoir prendre un impôt à des personnes qui ne se tireront même pas l'équivalent du RMI

- d'avoir une MO bon marché, soumise, sans avoir à respecter le code du travail, prenant moins que le SMIC , pour beaucoup d'employeurs

Alors, à jeter l'AE ?

Pas complètement : valable pour compléter un revenu tout en étant salarié ou retraité ou étudiant ou avec un conjoint qui a un bon salaire.

Pis, ça va nous faire tomber un peu les chiffres du chomage, ce qui est toujours ça de pris , et pis vu que certains n'ont rien à perdre car aucun boulot à leur proposer de la part de pôle-emploi ....:rolleyes:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il faut aussi se rendre compte que le marché n'est pas extensible à souhait et que le principal objectif est de trouver des clients.

quand on analyse la situation économique actuelle auto entrepreneur ou pas l'argent est très très rare.

 

en réponse à Marsu , je suis dans ce cas de figure salariat ( dans le privé!!!) + auto entreprise depuis janvier avec comme but de devenir entièrement indépendant.le seuil de l auto entreprise au niveau trésorerie est effectivement peu élevé mais en terme d'investissement personnel c'est trés lourd,mais logique.

 

2 remarques à ce jour :

 

+ pour subvenir à mes besoins il me faudrait entre 15 et 20 clients, j'en ai 6,

+ le temps que je consacre à ces 6 personnes me mange 3-4 heures de sommeil tout les 2 jours,

 

mais peu importe je me laisse jusqu' à la fin de l'année pour réussir sinon j aurai au moins essayé sans risque aucun.

 

bonne soirée.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour reprendre Je Rigole, le fisc ne s'en met pas plein les poches avec les auto entrepreneurs, vu qu'il ne gère pas ce statut :D

 

Par contre pour le succès, je mitigerai : pas mal de micro entrepreneurs voire d'individuels non micro, cessent leur activité pour s'inscrire au régime auto entrepreneur alors qu'ils ne remplissent pas toutes les conditions.

Le succès pourra être estimer après les premières vagues de rejet, pas avant !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonnevolonté, ce n'est pas le fisc qui s'en met plein les poches, d'ailleurs je trouve que leurs minimum sont plutot raisonnables, ce sont les prestataire extérieurs (la RSI par exemple)... Quand j'ai recu mon appel à cotisation j'ai cru que c'était une blague ou plus simplement une erreur... mais apparemment, non...

 

11800 euros de cotisation uniquement pour la sécurité sociale, sur un CA à 18000 euros, ca fait chaud quand même ! Sachant que l'année précédente, j'en avais eu pour plus ou moins 500 euros (ce que je trouvais normal, proportionnellement au CA), la facture est pour le moins salée ! surtout sachant que pour un salarié touchant en salaire net plus ou moins 2000 euros, la par sécu représente plus ou moins 5500 euros (part salariale + patronale), ca parait un peu gros ! Je ne suis à priori pas la seule à trouver l'addition de la RSI salée... Un certain nombre de forums de travailleurs indépendants dénoncent cet état de fait.

 

Une chose est sure c'est que pour bénéficier du régime fiscal de la micro, il ne faut pas dépasser 27000 euros de CA pour les activités non commerciales. Quand on déduit les charges à payer, il ne reste pas grand chose... Donc très bien pour un revenu d'appoint, pas pour en vivre largement ! Et la dessus, je suis tout à fait d'accord avec Jerigole.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il s’agit pour l’instant d’un succès en ce qui concerne le nombre de personnes qui ont adopté ce statut.

 

Sachant qu’il est quasiment impossible de vivre décemment en étant auto-entrepreneur à temps plein, on comprend l’engouement de ceux qui ont besoin de compléter leurs revenus (étudiants, retraités,…).

Je ne m’étendrai pas sur cette injustice en vertu de laquelle un retraité, un étudiant ou un travailleur ne peut pas vivre décemment et se trouve dans l’obligation d’avoir une activité annexe.

 

Pour ceux qui pensent en faire leur unique source de revenus, cela va être plus difficile.

 

Comme le soulignait justement Je Rigole, l’immense majorité des auto-entrepreneurs n’a pas les connaissances nécessaires pour envisager la gestion d’une entreprise.

 

Les journalistes ont, pour la plupart d’entre eux, insisté sur le paiement des charges sociales dès l’encaissement du chiffre d’affaires… mais il n’y a pas que les charges sociales dans un compte de résultats !...

 

Comment, en ne retenant que ce type de charges, élaborer un vrai business plan ? Il y a un très gros risque de travailler à pertes.

 

Quand je lis sur les forums que certains futurs auto-entrepreneurs souhaitent louer un local commercial, engager un salarié, acquérir du matériel professionnel,… où vont-ils comptabiliser ces charges ? Vont-ils les intégrer dans leur CR prévisionnel ?

 

Il sera possible de parler de succès dans 24/36 mois quand nous compterons ceux qui ont réussi à survivre avec ce statut (ou à basculer leur activité vers un régime micro ou réel).

 

Je suis convaincue que l’immense majorité des auto-entrepreneurs à temps plein ne parviendra pas à vivre de cette activité. En cas d’échec, les seules portes qui leurs resteront ouvertes seront celles de la LJ, du surendettement et du RSA.

 

C’est comme dans les grandes entreprises… d’ici là, ceux qui sont à l’initiative de ces dispositions auront été appelés à d’autres fonctions. ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

tout à fait d'accord Vanille !

Après 2 ans de portage salarial et 2 ans de micro, je choisis en tout état de cause le statut d'auto entrepreneur, ayant déjà un portefeuille de clients "fidèles" (enfin autant que peut l'être un client :cool:) et une amie expert comptable qui m'aide à faire mes prévisionnels et mes déclarations diverse. J'ai par ailleurs choisi cette activité peu lucrative afin de pouvoir gérer mon temps comme je l'entends et être un peu présente chez moi (enfants, maison bref les obligations de tout un chacun) tout en ayant la possibilité de le faire grace au salaire de mon mari.

 

Il est clair que si mon mari ne travaillait pas ou que je sois seule... jamais je n'aurais opté pour ce type de statut ! Très dangereux car trop aléatoire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir.

 

Le statut d'auto entrepreneur à l'air pas cher coté charges.

Quelle sécurité et quels droits sociaux on peut bénéficier sous ce statu apparament économique.

avec je crois 20% de charges sociales et fiscales, la maladie, la retraite sont assurés?

Car les charges sociales "normales" sont plutot de 100% du net (employeur plus salarié) et a déduire les impots sur le revenu sur ce qui est payé en net.

Salaire 100, charges 100, impots 0 a 20 pour le salarié

on touche donc 80 pour 200 du cout salarial dans une entreprise.

 

CA 100 charges 20 (fiscales et sociales) pour l'auto-entrepreneur

Comme le fisc fait pas de cadeau on considèrera en 1er approximation

Ca 100 : salaire 80, impots 10, charges sociales 10.

 

pour le même revenu net la charge sociale sera donc de 100 pour le salarié et seulement 10 pout l'auto entrepreneur.

Rien que la maladie c'est plus cher que ça.

Quelle assurance coté accident de travail, chomage, retraite , maladie avec 10 de charges sociales?

d'ou sortirons les 90 qui manquent.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Hoshi
Alors, à jeter l'AE ?

Pas complètement : valable pour compléter un revenu tout en étant salarié ou retraité ou étudiant ou avec un conjoint qui a un bon salaire.

Pis, ça va nous faire tomber un peu les chiffres du chomage, ce qui est toujours ça de pris , et pis vu que certains n'ont rien à perdre car aucun boulot à leur proposer de la part de pôle-emploi ....:rolleyes:

 

Mon avis est que pour réussir en tant qu'auto entrepreneur même si la condition

n'est pas suffisante il est nécessaire de s' y consacrer corps et âme .

Je ne vois pas comment un salarié pourrait en même temps bosser chez son patron ( même en finissant a 16 heures) se consacrer ensuite sérieusement a son job " d'entreprise" . La concurrence est telle que si vous n'êtes pas vif comme le feu et présent a votre job 10 h par jour , ce n'est pas la peine .

Quant aux retraités qui pendant 40 ans auraient été "dirigés" je ne les vois pas ( sauf exception ) capable intellectuellement de s'adapter a la libre entreprise .C'est un autre monde .

Mais bon le système existe , il permet a ceux qui le veulent de tenter

une expérience tout en gardant leur Job .

Mais a mon avis ceux la ( sauf exception ) reviendront dans le giron du

salariat et on trouvera le plus de réussite chez les chomeurs morts de faim

ce n'est pas péjoratf , j'ai vu hier une émission a la TV , c'est terrible

de voir des gens de 40/50 avec un potentiel énorme ne pas trouver

un emploi , alors ce systéme a le mérite d'exister et le bilan se fera

dans quelque temps .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il n'y a pas que les charges et se lancer en AE me semble effectivement d'abord et avant se lancer dans une entreprise (donc BP et tout le tremblement). Mais le principal problème qui faisait capoter les petites entreprises en création, c'était les charges à payer avant même que le CA ne soit entré. De ce côté là, ça me semble un vrai avantage quand même...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour.

le post de Maya971 indique:

Bonnevolonté, ce n'est pas le fisc qui s'en met plein les poches, d'ailleurs je trouve que leurs minimum sont plutot raisonnables, ce sont les prestataire extérieurs (la RSI par exemple)... Quand j'ai recu mon appel à cotisation j'ai cru que c'était une blague ou plus simplement une erreur... mais apparemment, non...

 

11800 euros de cotisation uniquement pour la sécurité sociale, sur un CA à 18000 euros, ca fait chaud quand même ! Sachant que l'année précédente, j'en avais eu pour plus ou moins 500 euros (ce que je trouvais normal, proportionnellement au CA), la facture est pour le moins salée ! surtout sachant que pour un salarié touchant en salaire net plus ou moins 2000 euros, la par sécu représente plus ou moins 5500 euros (part salariale + patronale), ca parait un peu gros ! Je ne suis à priori pas la seule à trouver l'addition de la RSI salée... Un certain nombre de forums de travailleurs indépendants dénoncent cet état de fait.

 

Une chose est sure c'est que pour bénéficier du régime fiscal de la micro, il ne faut pas dépasser 27000 euros de CA pour les activités non commerciales. Quand on déduit les charges à payer, il ne reste pas grand chose... Donc très bien pour un revenu d'appoint, pas pour en vivre largement ! Et la dessus, je suis tout à fait d'accord avec Jerigole.

 

 

Les charges sociales de l'auto entrepreneur seraient donc non pas de 10% comme j'avais cru le lire dans les notices sur la forme juridique mais de 75% .

 

En effet on a donc :

18000 -1800 (impots 10%) =16200

16200 -11800(Sécu) = 4400

donc charges 1800+11800= 13600 de charges environ

Donc pour 4400 euros de revenu net on paie 13600 de charges.

C'est sur que ça a l'air avantageux comme système.

Bon, admettons que la faturation soit à 20 euros de l'heure

18000/20 = 900 heures de travail facturé.

4400 euros net en 900 heures de travail = 4,80 euros que nous arrondissons a 5 euros de l'heure vu l'imprécisions des données.

 

Voilà une belle avancée sociale.

la Législation du travail , terminée, la personne s'emploie elle-même et se paie à la moitié du smic, un patron normal irait en prison.

C'est dans le cas ou la facturation est a 20 euros de l'heure.

Mais rien n'oblige à un tarif aussi énorme.

10 euros me semble plus raisonnable.

le revenu sera donc de 2,5 euros net de l'heure travaillée.

Donc pour faire le smic net il faut se faire 1000 euros net.

1000/2,5= 400 heures par mois.Sans vacances.

Avec vacances prévoir 500 heures. Ce qui fait que 17 heures par jour si on travaille les dimanches (en plus de la semaine).

Sans le dimanche, c'est pour le tiercé ou la messe, il faut travailler 20 heures par jour pour gagner le smic.C'est exagéré, c'est pourquoi la loi sur le travail du dimanche est indispensable. Cela limitera la journée a 17 heures, c'est quand même plus raisonnable.

 

Pour se faire le RMI seulement 200 heures par mois.

Bon, le RMI n'a pas de vacances on en reste là.

 

Encore un effort législatif et les chinois vont soutraiter chez nous.

Vous comprendrez pourquoi je ne suis pas très favorable au statut d'auto-entrepreneur.

Poser sa sébille gare de l'est c'est plus intéressant, et moins pénible.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour.

 

Merci d'avoir confirmé mon opinion.

un auto-entrepreneur est un zombie qui envoie des chèques à la sécu. Il en garde un peu pour lui pour manger son riz. Merci de lui avoir laissé le droit de manger et dormir en dehors de cette fontion essentielle.

Le "s'il le souhaite" est plein de promesse d'un bel avenir.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour.

 

C'est encore mieux sans salaire du tout, vous avez raison.

Remarquez que je ne suis pas contre les auto-entrepreneurs qui essaient de travailler contre vent et marées.

C'est juste les conséquences terrifiantes pour eux qui me font m'inquiéter.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'ou le grand intérêt de pouvoir le cumuler à un emploi et comme cela est si bien dit de ne pas le considérer comme la ressource financière principale.

Je pense que c'est une bonne chose mais ceci n'est que mon avis.

Oui vous avez raison avec votre démonstration financière, après il appartient à chacun de poursuivre ou non dans sa démarche. Car on peut arrêter tout, tout aussi facilement que l'on peut se lancer, finalement n'est ce pas un autre avantage que de pouvoir stopper rapidement si les espoirs ne sont pas au rendez vous ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Bebnet
      Bonjour,
       
      Je suis actuellement en phase de création d'entreprise. Mon employeur actuel est OK pour m'accorder un congé création à compter de septembre.
       
      La question est la suivante : Puis-je immatriculer (donc créer) ma société avant cette date (juin), sachant que pendant ces 3 mois (de juin à septembre), je reste salarié auprès de mon employeur ?
      Si la société est créée en juin, elle n'aura de toutes façon pas d'activité avant Septembre, hormis des actions de prospection et de communication.
      Votre avis ?
      En vous remerciant par avance,
    • Par daolo
      Bonjour à tous,
       
      Je souhaite me lancer dans une activité de trading boursier.
      L'activité principale de la société est d'investir sur les marchés financiers américains.
       
      J'ai fais beaucoup de recherche sur internet mais en vain, pas trop d'information à ce sujet.
       
      Existe t-il une forme sociale de société qui permette ce type d'activité en france?
       
      Avez vous déja eu connaissance de personne ayant le meme projet?
       
      Merci de m'éclairer sur ce sujet..
       
      Je suis ouvert à toute autres propositions/informations sur ce sujet.
       
      Cordialement
    • Par verlaine06400
      Bonjour
       
      A-t-on le droit d'avoir une activité salariée quand on vient de créer une micro-entreprise (BNC) et qu'on a bénéficié de l'ACCRE (versement du capital et non pas revenu minimum).
      Cela pour aider à vivre en attendant de dégager des bénéfices.
       
      Si oui, peut on se réinscrire au chômage sans cesser l'entreprise (auto-entrepreneur) si au bout de quelques années, on ne dégage pas de bénéfice suffisant pour en vivre ?
       
      merci
    • Par franck lusala
      bonjour,
      je désir savoir si on devient "prête-nom" ,une lettre d avocat ou de la personne a qui on rend service ,disant qu on est que prête-nom peut nous couvrir en cas de problème ,car d'autre part,je suis actuellement auto entrepreneur et espere avant fin année être en EURL ,donc savoir si tout cela reste compatible
      cordialement Franck Lusala
    • Par Yoli
      Bonsoir à tous,
       
      Je souhaiterai savoir si l'acte de vente en sous seing privé du fonds artisanal de mon ami doit faire l'objet d'une publication légale aux petites affiches pour les oppositions dès lors que le vendeur du fonds (mon ami, inscrit au registre des métiers) et l'acquéreur l'EURL de mon ami qui est aussi locataire-gérant de son fonds) sont la même personne et que le fonds n'a aucune dette ni fiscale ni sociale ni bancaire ni autre ?
       
      Par la même, le sequestre (l'acquereur) étant la même personne que le vendeur : doit-il conserver les sommes de la vente, obtenues par prêt bancaire au profit de l'EURL, directement sur le compte professionnel de cette dernière ou sur un compte à part au nom du gérant, donc lui même, que le temps de la solidarité fiscale (imposition sur la plus-value à 27% environ). La vente se fait sans séquestre notarial.
       
      L'acte de vente doit-il obligatoirement comporter les mêmes clauses que celle d'une vente d'un fonds de commerce sous peine de nullité ?
      Il n'existe aucun exemple de ce type pour faire un sous-seing correct sauf à prendre exemple sur celui du fonds de commerce et ce malgré toutes mes recherches. Doit-il obligatoirement passer par un notaire pour l'acte et le séquestre ? Le banquier nous dit que non....mais je préfère avoir d'autres avis.
       
      Si vous pouviez m'éclairer un peu je vous en serais fortement reconnaissante.
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...