Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion : hospitalisation sans consentement (SPDRE ex : HO)

  1. #1
    Membre

    Infos >

    Bonjour, tout d'abord je souhaite m'excuser par avance si je me trompe de section.
    Pour bien comprendre mon(mes) problème(s), je dois vous décrire ma situation.
    Depuis aout 2009 je suis hospitalisé sous le régime du placement d'office en psychiatrie,bien évidemment je suis sorti depuis longtemps de l'hôpital.


    Régulièrement (tous les mois), le psychiatre fait un certificat médical de situation (que je juge d'après les documents que j'ai, à la limite de la calomnie et de la mauvaise foi).
    Régulièrement (tous les six mois) je reçois un document que je dois signer souvent de manière rétro-active en guise d'ampliation.


    Aujourd'hui, et ce depuis près de 5 ans je suis astreint à un suivi en hôpital de jour 3 jours par semaines au sein duquel j'ai participé à de nombreuses activités et dont les bénéfices sont aujourd'hui inexistants voir contre-productifs . Le reste de la semaine je pointe au dispensaire pour prendre des comprimés

    Les circonstances de ma prise en charges sont :
    -Un problème d'ordre familiale violence verbale (si on m'avait dit que ce type de comportement était passible de plusieurs années en psychiatrie je ne l'aurait pas cru appel anonyme.
    -Un rendez-vous manqué avec le médecin qui me suit en dispensaire.
    -Un problème de voisinage (délation de personnes fumant et buvant dans mes escaliers) pas vus pas pris cela s'est retourné contre moi qui avais pourtant pris de bonnes résolutions.

    Autant dire que je vis cela comme une injustice car les faits qui me sont reprochés sont dans l'absolu minimes et ne sont ni une menace pour ni pour la société. Je vis cela d'autant plus mal que des patients sortent avant moi de la contrainte alors que les troubles dont ils sont atteints (accusés d'être atteint) sont moins importants.

    Ma médication est la suivante :
    -Une prise de traitement en début d'après-midi en semaine que ce soit en centre médical ou hôpital de jour, autant dire que je ne peux pas avoir de réelle vie sociale puisque sédaté à partir de 15heures.
    -Une prise "nuit" ( comme officiellement inscrit sur mon ordonnance) vers 21heures.

    J'ai fréquenté pendant près d'un an et demi une structure d'insertion par le travail et lorsqu'il s'est agit de prendre mon envole et repartir sur de bonnes bases avec un projet de vie je me suivi vu proposé une fin de non-recevoir,(l'ascenseur émotionnel en psychiatrie c'est très important). J'ai des frais, je souhaite une vie sociale, comme tout le monde.
    J'ai souhaité partir en vacance en famille on m'a dit que c'était possible dans la mesure où je venais prendre mon traitement tous les jours au dispensaire, autant dire que ce ne sont pas des vacances puisque je dois pointer tous les jours (des anecdotes du même acabit j'en ai plein) .
    Les intervenants dans cet engrenage aux demeurant bien huilé ont l'air totalement déconnectés de la réalité de la société dans laquelle on vie, tout le monde se défausse les uns sur les autres et lorsqu'il y a des responsabilités à endosser personne n'a d'obligations de résultats.

    Tout ceci m'amène à poser plusieurs questions :
    -Combien de temps peuvent-il me garder en semi-liberté ou liberté surveillée, au bout de combien de temps on peut parler d'acharnement ou d'abus de pouvoir de la part de l'administration et des médecin ?
    -Le document que je reçois tous les six mois porte la mention "empêché" à côté de chaque intervenant directeur des transports, sous directrice de la protection sanitaire chef du bureau des actions de santé mentale etc.... Qu'est-ce donc?
    -Il existe une clause de "notoriété publique" dans la prise en charge concrètement qu'est-ce que c'est ?

    Je vous remercie d'avance et me tient à votre disposition pour des précisions
    Dernière modification par Bobby6K ; 07/06/2019 à 18h46.

  2. #2
    Pilier Sénior

    Infos >

    Votre situation est trop complexe pour obtenir un avis éclairé sur le sujet, tant les informations que vous donnez sont nombreuses, il vous faut rencontrer un avocat......pour éxaminer le dossier depuis son origine

    Si votre situation financière est délicate, vous pouvez disposer de l'aide juridictionnelle pour en avoir un gratuitement ou partiellement gratuit fonction du seuil de vos ressources...
    "Partager sa connaissance avec autrui,
    c'est aussi aider un inconnu dans le souci."

  3. #3
    Membre

    Infos >

    Citation Envoyé par Sudmanche Voir le message
    Votre situation est trop complexe pour obtenir un avis éclairé sur le sujet, tant les informations que vous donnez sont nombreuses, il vous faut rencontrer un avocat......pour éxaminer le dossier depuis son origine

    Si votre situation financière est délicate, vous pouvez disposer de l'aide juridictionnelle pour en avoir un gratuitement ou partiellement gratuit fonction du seuil de vos ressources...
    L'essentiel se trouve à la fin en gras.

Discussions similaires

  1. [Protection des majeurs] Hospitalisation sans consentement + mise sous tutelle d'un majeur
    Par Eagle1 dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 25
    Dernier message: 01/04/2017, 16h20
  2. [Protection des majeurs] hospitalisation sans consentement a la demande d un tiers
    Par hugo78 dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 6
    Dernier message: 08/11/2015, 06h12
  3. [Mon Employeur] en CDI sans mon consentement et sans contrat
    Par cath53 dans le forum Travail
    Réponses: 12
    Dernier message: 14/03/2014, 18h25
  4. [Parents et Enfants] Hospitalisation sans consentement et vengeance de la malade
    Par shaias dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 11
    Dernier message: 03/04/2011, 19h24
  5. [Consommation] hospitalisation et traitement sans consentement
    Par Sméagol dans le forum Rapports à la société
    Réponses: 5
    Dernier message: 11/11/2006, 19h36