Aller au contenu
Le forum juridique de Juritravail

alex_bubu

Membres Niv.1 - Benjamins
  • Compteur de contenus

    9
  • Inscription

Réputation sur la communauté

10 Bonne

À propos de alex_bubu

  • Rang
    Membre Benjamin
  1. A priori, le batiment est en monopropriété (c'est une maison avec le commerce en rez-de-chaussée et l'appartement au dessus). Petite précision, nous avons loué l'appartement vide. Le contrat de location dit : "Les Locataires règleront directement les prestataires de services (EDF…). Les locataires rembourseront au Bailleur directement la taxe des ordures ménagères et leur consommation d’eau froide. L’eau chaude étant produite individuellement par ballon". Il n'est nul part préciser la répartition entre les différents lots du bâtiments. Cela veut-il nécessairement dire qu'il y a un compteur divisionnaire pour mon appartement ? Si tel n'est pas le cas, que peut être la suite des choses ? Dans tous les cas, merci Golfy pour cette réponse très instructive. Je vais suivre votre conseil et répondre en LRAR en demandant les informations supplémentaires.
  2. Merci pour vos réponses rapides. @Christian77 : nous sommes trois occupants. Le courrier demande un règlement de 447,20€ (104m3 x 4,30 TTC). @ribould : répartition des charges à l'entrée ? je crois ne pas bien saisir ce que cela veut dire. Le loyer que nous payons actuellement ne comprend pas les charges. Nous payons a part notre facture d'électricité qui nous est directement adressée sans passer par le propriétaire. Donc si j'ai bien compris votre deuxième question, nous ne payons pas de charges ou provisions au propriétaire. De plus, le courrier simple que nous avons reçu ne mentionne que la consommation d'eau. Si je comprend bien, le relevé que me communique le propriétaire ne vaut rien. Il faut que je recoive le relevé de la compagnie d'eau ?
  3. Bonjour à tous. Je suis en colocation dans un appartement situé au dessus d'un commerce depuis septembre 2012. Le propriétaire est une SCI. Cette SCI possède l'appartement et le commerce. Jusqu'à présent, nous (les colocataires) n'avons jamais reçu de facture d'eau. Je crois que le commerce et l'appartement possède un compteur d'eau commun. Est-ce possible ? Est-ce légal ? Quelle est la réglementation sur ce sujet ? De plus, nous avons reçu récemment un courrier simple de la part du gérant de la SCI. Il nous demande de lui adresser un chèque en règlement de la consommation d'eau suite au (je cite) "relevé contradictoire effectué avec le gérant du commerce". Quelle est la valeur de ce courrier ? Devons-nous payer la somme demandée ? Quels sont les droits et devoirs des colocataires ? Quels sont ceux du propriétaire ? Je précise que ma volonté n'est pas de ne pas payer ma consommation d'eau. Je tiens simplement à comprendre la situation afin de ne pas me faire "avoir". Merci d'avance pour vos réponses. Et si vous avez besoin de renseignements complémentaires, n'hésitez pas !
  4. Merci pour votre réponse. Les relations avec le propriétaire sont bonnes et j'ai l'intention qu'elles le restent. Il est bien entendu au courant de l'incident mais pour le moment les réparations traînent (4 mois). J'ai bien conscience de ma responsabilité dans l'affaire et je l'assume. Ce qui me tracasse, c'est le fait que si la rampe est remise, elle retombera. De mon point de vue, je préfèrerais carrément qu'on bouche simplement les trous sans reposer la rampe. Ai-je les moyens de faire cela ? D'ailleurs il insiste pour que ce soit l'un de ses ouvriers qui effectue les réparations. A-t-il le droit de me l'imposer ? Les questions peuvent paraître futiles mais je suis curieux des droits de chacun :)
  5. Bonjour à tous, voilà la situation : Je suis locataire d'un appartement. Dans cet appartement, j'ai un escalier raide et une rampe est fixée à deux endroits sur le mur. A force d'allées et venues, la rampe s'est arrachée. Je m'aperçois alors que le mur est vraiment très fin (pas plus de 2cm d'épaisseur) et fait d'une matière qui semble peu solide (je ne m'y connais pas du tout en mur). Conséquences de l'arrachage : 2 trous béant. Mes questions sont les suivantes : Qui doit payer les réparations ? Le bon sens voudrait que ce soit moi mais est-ce que la manière dont était fixée la rampe ("malfaçon" ?) peut changer quelque-chose à la donne ? Puis-je "imposer" au propriétaire d'installer une rampe plus solide ou même de simplement boucher les trous sans remettre la rampe en place ? Merci de votre attention et de vos réponses.
  6. Merci pour vos réponses rapide. Je vais donc faire en sorte de signer cet état des lieux rapidement. Bonne journée !
  7. Bonjour tout le monde, Je suis en colocation depuis début septembre avec 2 amis. Lors de la remise des clés de l'appartement, un état des lieux d'entrée a été fait avec l'agent immobilier. Il notait ce qu'il remarquait ainsi que les remarques que nous faisions de notre coté. Lorsque nous avons eu finit, l'agent nous explique qu'il met tout cela au propre et qu'il nous enverra différents exemplaires à signer et à lui retourner. Nous attendons une dizaine de jours avant de recevoir les documents que ni nous, ni lui n'avions signés. Nous les relisons avec soins et rajoutons des éléments que nous jugeons nécessaire (dysfonctionnement des plaques de cuisson, état des fenêtres, état de propreté général...). Nous conservons un exemplaire et lui retournons le sien directement dans sa boite aux lettre. Nous n'avons plus de nouvelles de notre agent immobilier depuis plusieurs semaines, malgré les e-mails que nous lui avons envoyés lui demandant quand pouvions nous venir signé l'état des lieux avec lui. Ma question est la suivante : en pensant à l’état des lieux de sortie, faut-il que les différents exemplaire de l'état des lieux d'entrée soient signés par chaque partie (l'agent immobilier d'un coté, et les colocataires de l'autre) ? Quelles pourraient être les conséquences si cela n'est pas fait ? De quelle manière doit-on s'y prendre pour être "clean" de notre coté ? Merci d'avance pour vos réponses. :) Alex.
  8. Bonjour à tous, et merci pour vos réponses. Indochine : il n'y a pas d'inventaire particulier annexé au contrat de location, uniquement une "désignation des locaux et équipements privatifs" qui ressemble à peu près à ce que j'ai écrit dans mon premier message. Vero1901 : je ne voulais pas particulièrement de location meublée. Et depuis le début du mois j'ai déjà acheté de quoi vivre. Freezbee : l'entête du contrat de location est la suivante : "CONTRAT DE LOCATION loi n°89-462 du 6-7-89 modifié par la loi n° 94-624 du 21-7-94 LOCAUX VACANTS MEUBLES HABITATION PRINCIPALE" Ensuite, j'aurais d'autres questions : si le propriétaire refuse l'arrangement a l'amiable, quelles sont les possibilités qui s'offrent à moi ? Est-ce que le propriétaire a des moyens de "m'expulser" du logement car je ne vais pas tout-à-fait dans son sens ? Je reste tout ouïe ! Bonne soirée à vous :) Alex.
  9. Bonjour tout le monde. Je loue un appartement depuis le début de mois de septembre. Lors de la signature du contrat, l'agent immobilier m'a dit que la location était meublé, puisque la cuisine est aménagée (il y a un four, des plaques de cuisson, une hotte et beaucoup de rangements. Mais pas de lave-vaisselle, ni de frigo). La salle de bain est elle aussi aménagée, avec placards, beaux miroirs et très beau lavabo. Le reste de l'appartement est tout a fait vide. Il est certe très propre et bien conçu, mais vide. Cette location étant ma première, j'acquiesce le fait de la location meublée et verse donc un dépôt de garantie d'un montant de deux mois de loyer sous la forme de deux chèques différents, à encaisser à un mois d'intervalle. Cependant, après quelques recherches, je crois comprendre que mon appartement ne rentre pas dans les critères d'une location meublée (je ne pouvais pas vivre dans l'appartement tel qu'il était lors de la remise des clés). Au vu de ces faits, suis-je dans mon droit en réclamant que le propriétaire me rembourse la moitié du dépôt de garantie que je lui ai versé. S'il refuse, puis-je faire opposition sur un des chèques ? Je suis tout ouïe sur vos remarques et suggestions. Merci d'avance. Alex.
© 2000-2020 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...