Aller au contenu
Le forum juridique de Juritravail

mnm34

Membres Niv.2 - Cadets
  • Compteur de contenus

    21
  • Inscription

Réputation sur la communauté

10 Bonne

À propos de mnm34

  • Rang
    Membre Cadet
  1. il ne m'a pas répondu, je vais également envoyer un lrar par précaution. Merci et bonne journée
  2. J'avais une attestation d'un tiers oui, ses tutoiements, et l'historique des appels qui montraient moins de 3,5h d'appels téléphoniques, etc.... mais ça n'a pas suffit. J'ai effectué le virement hier soir en lui transférant le mail de notification de ma banque par mail afin d'éviter des frais supplémentaires d'huissier... Bref, très déçu de cette procédure mais c'est finit... Merci encore en tout cas de m'avoir aidé. Bonne continuation !
  3. Bonjour, Je viens d'avoir la décision de l'appel, la décision du bâtonnier est confirmée je dois donc régler la facture de l'avocat, je suis dépité et déçu ... Afin d'éviter d'autres frais (huissier, intérêts, etc...) puis-je faire le paiement de la facture contestée directement par virement avant que l'avocat fasse appel à des huissiers etc ? Merci d'avance - - - Mise à jour - - -
  4. Bonjour j'ai cru comprendre que la présidente a stipulé à la (greffière ? Il n'y avait que deux femmes la présidente et elle) qu'elle ne pouvait pas recevoir les pièces de l'autre partie étant absent et qu'il n'avait pas été excusé. Après avoir fait mon exposé, elle m'a dit qu'elle allait de toute façon relire mes arguments à moi... J'espère que ça sera un bon point pour moi, car lors de la première instance auprès du bâtonnier, il avait été également absent mais avait prévenu le bâtonnier par mail le matin même et il lui avait donc accordé l'envoi de nouvelles conclusions suite à son absence et le bâtonnier avait confirmé sa facture ...
  5. merci encore pour toute votre aide yomyom. Je suis sorti d'audience il y a à peine une heure je suis passé en dernier, et l'autre partie (l'avocat) n'était pas présent ni excusé. J'ai donc fait uniquement ma présentation à l'oral de mes écritures Délibéré le 7 février 2020, je vous tiendrais bien évidemment au courant de la décision. A bientôt
  6. Bonjour, Effectivement, il vient de m'envoyer par mail sa défense sans que je lui demande, dans lesquels il y a beaucoup de blabla sur la suite et l'échec de la vente.... Ses pièces concernent principalement nos échanges de mails, qui datent postérieurement à sa facture pour la plupart et qui concernent donc notre différend. Aucune de ses pièces ne prouvent d'un travail demandé de ma part ni d'un travail fourni de la sienne. (mis à part le début de la vente pour laquelle il avait été mandaté par le client). Une de ses pièces est l'attestation de complaisance de "notre ami" en commun qui vient contredire la conversation Facebook entre lui et moi que j'ai apporté en pièce, pour convaincre que nous n'étions pas "amis" et qu'il n'est pas ami avec ce tiers. J'avais posé la question plus haut dans cette discussion de l'utilité d'apporter une nouvelle pièce qui n'avait pas été mise en première instance auprès du bâtonnier, celle des impressions écran Facebook qui prouvent que cet avocat et moi même étions amis facebook depuis de nombreuses années avec nos comptes personnes respectifs, et qu'il l'est également avec cet "ami en commun". Est ce que cela vaut le coup d'ajouter cette pièce, et si oui à quel moment, l’audience est demain à 9h30, et je ne voudrais pas du tout que celle-ci soit reportée... Enfin, pour demain je dois donc présenter mon argumentaire en 5/10 min en ne me laissant pas couper la parole. Puis laisser l'autre partie présenter la sienne sans le couper. Et enfin répondre aux questions du président. Mais je ne re-argumente pas suite à l’argumentation de la défense ? Désolé de poser toutes ses questions mais je stresse vraiment pour demain, surtout qu'il a demandé en plus de la facture de 1200 euros, 10 000 euros pour l'article 559 outre 5 000 de dommages et intérêts, et 700 euros de l'article 700... Merci d'avance
  7. Bonjour, je n'ai pas demandé d'indemnités concernant les frais de déplacement, ce sont des billets low cost pas trop chers, ce qui est le plus embêtant ce sont les journées de travail perdues mais bon ça ce n'est pas indemnisable... En revanche, je n'ai pas reçu les arguments de l'avocat, le facteur vient encore de passer ce matin et rien... ,J'ai appelé le pôle et la chambre qui eux, ont reçu son argumentaire le 27 novembre. Je vais partir sur Paris cet après-midi et je ne pourrais donc pas relever le courrier lundi. Dois-je demander à l'avocat de me les envoyer par mail d'ici mardi afin de pouvoir en prendre connaissance ou tout simplement de le stipuler lors de l'audience ? Je n'aimerais vraiment pas que celle ci soit reportée, et avoir à nouveau à remonter sur Paris... Merci d'avance et bon week-end
  8. Bonjour, Mon audience est prévue le 3 décembre à 9h30, savez-vous si généralement, l'audience se déroule à l'heure ou s'il y a du retard, et la durée de l'audience à peu près ? Ceci afin de prévoir mon tgv de retour dans la journée.... Merci d'avance
  9. Merci encore ! J'ai mis à jour mon document suite à vos derniers retours. Je vais donc l'envoyer en LRAR avec les pièces à l'avocat concerné et à la cour d'appel de Paris. Ai-je besoin de joindre d'autres documents ? (par exemple la saisine que j'avais rédigé en première instance ?). Je vous tiendrai au courant de l'avancement de ma procédure et de la réponse de l'avocat qui j'imagine va rédiger une réponse pour l’audience
  10. Suite à vos conseils, j'espère avoir correctement mis à jour ma rédaction : Rappel des faits J’ai connu personnellement Maître B. par le biais de MC, un de nos amis en commun. Nous sommes devenus très proches, comme en témoignent nos sms et mails dans lesquels il me tutoyait et m’appelait par mon surnom « Salut Mika ». (cf. pièce n°1). En 2014, lui faisant part du souhait de vendre mon commerce, Maître B. m’a proposé spontanément de m’assister afin de sécuriser la vente. Il était convenu avec Maître B. que si je lui apportais un client en tant qu’acheteur, ce dernier prendrait à sa charge les honoraires de Maître B. (cf. pièce n°2). Après 3 visites entre 2015 et 2017, un acheteur, Monsieur F., suite à mes conseils, prend contact avec Maître B., le mandate et paye ses honoraires fin octobre 2017 (cf. pièces n°3 et 4). Après cela, Maître B. m’envoie le 1er novembre 2017, une convention d'honoraires et un appel de provisions de 2.289,60 euros (cf. pièce n°5). Je lui fais aussitôt part de mon incompréhension (cf. pièce n°6) et refuse sa convention d’honoraires puisque ce n’était pas ce qui avait été prévu (cf. pièce n°7). Suite à mon refus, Maître B. m’envoie une nouvelle facture, cette fois-ci de 1246,56 euros (cf. pièce n°8). J’ai donc déposé un recours pour contester la facture de Maître B. auprès de Monsieur le Bâtonnier de Paris qui l’a rejeté dans sa décision n°xxxxxxx du xxxx/2018 (cf. pièce n°9) Etant donné cette mésentente entre Maître B. et moi-même, la vente de ma société n’a pas pu finalement aboutir avec Monsieur F.. Discussion Les échanges par mail et téléphone avec Maître B. étaient à la base qu’amicaux et avaient uniquement pour but de l'informer que tel acheteur allait le contacter pour le mandater (cf. pièces n° 10, 11 et 12). Maître B. a été mandaté par Monsieur F. pour l'achat de ma société et ses honoraires étant déjà réglés, il était donc obligé de m'appeler pour me demander les documents de ma société. Ci-joint les preuves : Pièce n°1 : SMS de Maître B. du 17/10/2017 qui me demande les documents de ma société pour rédiger le mandat pour Madame V. Pièce n°2 : Témoignage de Mme SL du 01/02/2018 présente au moment des échanges entre Maître B. et moi-même : « Monsieur M. et Monsieur MC ont échangé avec Monsieur B. concernant le projet de vente de leurs commerces ce soir-là. Je me souviens bien avoir entendu Monsieur B. leur dire à tous les deux que s'ils arrivaient à négocier avec leurs potentiels acquéreurs de passer par lui pour la réalisation de leurs ventes, ils n'auraient aucun honoraire à payer puisque les frais seraient qu'à la charge des acheteurs. » Pièce n°3 : Mail de Maître B. du 02/11/2017 qui affirme avoir été mandaté et réglé par Monsieur F. : « De mon côté, et pour ce qui me concerne, je suis officiellement mandaté par M. F. qui a réglé nos frais et m’a fait part de l’urgence de ce dossier ce qui m’oblige vis-à-vis de lui. Je lui ai donc envoyé dès aujourd’hui le projet d’acte que nous avons passé la nuit à rédiger afin de satisfaire vos attentes ». Pièce n°4 : SMS de Maître B. du 01/11/2017 14h14 dans lequel il me demande de répondre à ses appels puisqu’il dit avoir été mandaté par Monsieur F.. Pièce n°5 : Mail de Maître B. du 01/11/2017 à 01h27 qui m’envoie un mandat et une demande de provision. Pièce n°6 : SMS envoyé à Maître B. le 01/11/2017 à 01h50 pour lui faire part de mon incompréhension suite à l’envoi de son mandat. Pièce n°7 : Mail envoyé à Maître B. le 01/11/2017 12h51 pour lui signaler mon refus suite à sa proposition de mandat. Pièce n°8 : Facture de Maître B. du 01/11/2017 Les 3 lignes de sa facture indiquent les noms des potentiels acquéreurs à qui j’ai envoyé les coordonnées de l’avocat dans le but que ceux-ci le mandatent pour l’achat de mon commerce (cf. pièces 10, 11 et 12) Pièce n°9 : Décision de Monsieur le Bâtonnier de Paris du 04/04/2018 Pièce n°10 : Mail d’apporteur d’affaire envoyé à Monsieur L. le 26/06/2018 avec les coordonnées de Maître B. afin qu’il le mandate. Pièce n°11 : Mail d’apporteur d’affaire envoyé à Madame V. le 14/10/2017 avec les coordonnées de Maître B. et ses explications afin qu’elle le mandate. Pièce n°12 : Mail d’apporteur d’affaires envoyé à Monsieur F. le 14/10/2017 avec les coordonnées de Maître B. afin qu’il le mandate. Pièce n°13 : Historique des appels avec Maître B. qui présente avant le 1er novembre, date de la facture émise par Maître B. une durée de 24 min d’appels sortants de ma part et 1h10 d’appel entrant de la sienne, contrairement aux 3,5 heures indiquées dans sa facture. Pièce n°14 : Mail envoyé à Maître B. le 19/10/2017 avec le récépissé de la déclaration CNIL qu’il m’avait demandé de lui envoyer et qu’il m’a ensuite facturé dans sa facture. Pièce n°15 : Conversation avec MC du 01/11/2017 qui me confirme que lors de la vente de son commerce il n’avait rien payé à Maître B. puisque les acquéreurs l’avaient mandaté : « MM "T'as pas eut une part à payer à B. ??" MC "Non C'est l'acheteur qui paye tout [..] MM Mais il peut pas me représenter à la fois moi et l'acheteur c'est conflit d'intérêt non ? MC Oui je pense mais du coup pourquoi toi tu aurais à payer quelque chose ? MM Bah c'est pour ça que c'est pas normal" » Conclusion Maître B. est bien malvenu de solliciter deux fois des honoraires alors que l'ensemble des preuves démontrent qu'il a été mandaté et payé par Monsieur F.. Le bâtonnier ne pouvait énoncer que je n'apporte aucune preuve alors que j'en apporte une quinzaine. Ainsi, Je demande en conséquence de CONSTATER qu'il avait été convenu que les honoraires de Maître B. seraient pris en charge par l'acheteur de mon commerce. CONSTATER que M. F., suite à mes conseils, a mandaté et réglé les honoraires réclamés par Maître B. pour l’achat de ma société. DIRE ET JUGER que la demande de Maître B. est en conséquence infondée. REJETER les demandes de Maître B.. INFIRMER la décision rendue par le bâtonnier du barreau de Paris et par conséquence d’annuler la totalité des honoraires demandés par Maître B..
  11. Bonjour, et merci encore pour votre retour. Désolé si j'ai du mal mais je n'ai vraiment pas l'habitude de ce type d’exercice, j'essaye vraiment de comprendre au mieux et de faire de mon mieux... Je viens à nouveau de synthétiser la première partie "les faits" et je commence à reprendre la deuxième partie (cf. ci dessous) 1. En revanche, je n'ai pas compris ce que vous entendez dans la troisième partie par "Recevoir, Constater, Infirmer." ? 2. J'ai retrouvé des impressions écrans Facebook dans lesquels on peut voir que j'étais "Ami Facebook" avec cet avocat depuis 2012 avec nos comptes personnels respectifs. Malgré le fait que je ne les ai pas apportés en pièces dans la contestation auprès du bâtonnier, y a t-il un intérêt à les présenter en appel pour appuyer ce "contexte d'amitié" ? Merci encore d'avance pour votre aide ________________________________________________________________________________________ Rappel des faits J’ai connu personnellement Maître B par le biais de MC, un de nos amis en commun. Nous sommes devenus très proches, comme en témoignent nos sms et mails dans lesquels il me tutoyait et m’appelait par mon surnom « Salut Mika ». (cf. pièce n°1). En 2014, lui faisant part du souhait de vendre mon commerce, Maître B m’a proposé spontanément de m’assister afin de sécuriser la vente. Il était convenu avec Maître B que si je lui apportais un client en tant qu’acheteur, ce dernier prendrait à sa charge les honoraires de Maître B (cf. pièce n°2). Après 3 visites entre 2015 et 2017, un acheteur, Monsieur F, suite à mes conseils, prend contact avec Maître B, le mandate et paye ses honoraires fin octobre 2017 (cf. pièces n°3 et 4). Après cela, Maître B m’envoie le 1er novembre à 01h27 du matin, une convention d'honoraires et un appel de provisions de 2.289,60 euros (cf. pièce n°5). Je lui réponds par mail à 12h51 pour lui refuser sa convention d’honoraires puisque ce n’était pas ce qui avait été prévu (cf. pièce n°6). Suite à mon refus, Maître B m’envoie une nouvelle facture, cette fois-ci de 1246,56 euros (cf. pièce n°7). J’ai donc déposé un recours pour contester la facture de Maître B auprès de Monsieur le Bâtonnier qui l’a rejeté dans sa décision du bâtonnier n°xxxx du xxxx/2018 (cf. pièce n°8) Etant donné cette mésentente entre Maître B et moi-même, la vente de ma société n’a pas pu finalement aboutir. Discussion Les échanges par mail et téléphone avec Maître B étaient à la base qu’amicaux et avaient uniquement pour but de l'informer que tel acheteur allait le contacter pour le mandater. L'historique d'appels (cf. pièce ...) n'affiche que 24 min d'appels sortants pour 1h10 d'appels entrants, contrairement aux 3 heures et demie indiquées dans sa facture. Il avait été mandaté par Monsieur F pour l'achat de ma société et ses honoraires étant déjà réglés, il était donc obligé de m'appeler pour me demander les documents de ma société. De plus, comme vous pouvez le constater, nos échanges concernent également mon refus de sa convention d’honoraires et de sa facture. Ci-joint les preuves : Pièce n° 1 ... Pièce N°2 ..
  12. Bonjour je fais suite à la discussion qui a été fermée ici : https://forum-juridique.net-iris.fr/monde-de-la-justice/587094-contestation-decision-batonnier-honoraires-davocat.html Mon audience est prévue le 3 décembre. Voilà la mise à jour de mon argumentaire suite aux retours de YomYom Arguementaire Appel - Copie.doc
  13. Merci, je vais donc reprendre mon argumentaire dans les prochains jours... Aujourd'hui je fais déjà partir ma déclaration d'appel en LRAR avec la copie de la décision du bâtonnier. J'espère que toutes ces démarches me donneront enfin gain de cause car je vais devenir fou sinon... En plus à priori les délais à Paris sont de 1 à 3 ans à ce que j'ai cru comprendre... Je vous tiendrai courant de la suite... ---------------------------------------------------------------------------- Monsieur M adresse Monsieur le premier président de la Cour d’appel Greffe des contestations des honoraires d’avocats Pôle 2, chambre 6 4, bd du Palais 75055 PARIS RP Fait à Montpellier, le 25/04/2018 Objet : Saisine du Premier Président de la Cour d’appel Appel de la décision du bâtonnier n°xxxxxxxxxxx du 04/04/2018 PJ : décision du bâtonnier n°xxxxxxxx du 04/04/2018 Lettre recommandée avec accusé de réception Monsieur le Premier Président, Par la présente, j'entends interjeter appel de l’ordonnance n°xxxxxxxx rendue le 04/04/2018 (cf. pièce jointe) par Monsieur le bâtonnier du barreau de Paris statuant en matière de contestation d'honoraires afin d’infirmer cette décision. Je vous remercie de votre compréhension et vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Président, l’expression de mes sentiments distingués. Monsieur M.
  14. Bonjour et merci, 1-L'attestation n'émane pas de l'acheteur non... Donc celle ci ne risque pas de m'aider d'accord... 2- vous dites que le bâtonnier a fait selon la loi pour l'appréciation des diligences, comment est ce possible vu qu'il n'y en a pas de diligences ? En effet, le bâtonnier se base sur les échanges de mails entre l'avocat et moi. Or, les échanges de mails avec l'avocat concernent d'une part sa proposition de convention que je refuse et d'autre part c'était des mails pour l'informer que tel acheteur allait le contacter pour le mandater. Y a t'il une carte à jouer ici ? 3-Enfin l'avocat justifie ses diligences lui par 3,5h de conversation téléphonique sur sa facture or l'historique d'appels n'affiche que 30 min d'appels sortants pour 1h30 d'appels entrants. Et oui il avait été mandaté pour l'achat de mon commerce donc obligé de m'appeler pour me demander tel ou tel document comme en témoigne l'un de ses SMS... Dans tous les cas on arrive pas à un total de 3,5h de conversation téléphonique ... Y a t'il une carte à jouer ? 4-je viens de m'apercevoir que le bâtonnier dans son ordonnance précise que le 14 novembre 2017 l'avocat m'envoie en copie ses pièces dans le respect du contradictoire or je n'ai jamais rien reçu. En effet, c'est le secrétariat du bâtonnier qui m'enverra par la suite la copie de sa saisine (son argumentation) mais sans les pièces... Je n'avais pas trop tiqué puisque les pièces étaient des mails entre lui et moi... Il y a t'il une carte à jouer malgré tout ici aussi ?
© 2000-2020 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...