Affichage des résultats 1 à 24 sur 24

Divorce difficile - comment faire au mieux ?
Discussion sur le thème : Vie Commune ou Rupture

  1. #1
    Membre Junior

    Infos >

    Bonjour à tous,

    Je suis en train de divorcer après 17 ans de vie commune, la procédure traine depuis à peu près deux ans, nous sommes mariés sous le régime de la séparation de biens, elle demande une prestation compensatoire exorbitante + une résidence secondaire en indivision 50/50 (crédit contracté seul mais la maison est au deux noms) + une pension alimentaire élevée pour nos enfants mineurs. Je précise qu'il y a un écart de revenus considérable entre nous, je gagne plus qu'elle. Lors de notre vie commune, elle a travaillé mais n'a plus travaillé vers les dernières années, me laissant la charge de tout.
    L'ONC a eu lieu il y a plus d'un an et je lui verse des mesures provisoires assez importantes malgré une situation financière difficile. Le principe du divorce a été accepté.

    Je vis avec quelqu'un depuis plus de deux ans qui ne supporte plus la situation et les tensions, cette femme je l'aime et je ne veux pas la perdre. Je peux comprendre son stress et son désarroi, ma future ex-épouse cherchant à me plumer et oeuvrant sournoisement pour que nos enfants prennent sans cesse partie pour elle.

    De plus, ma future ex-épouse fait tout pour faire traîner le divorce. Que puis-je faire pour sortir de ce merdier ? Je me sens pris en otage et dans l'impossibilité de refaire ma vie. Ma future ex-épouse réclame une rente pour la prestation, mais comme j'ai des enfants d'un premier lit je pense que ce n'est pas une bonne idée, car s'il devait m'arriver quelque chose j'ai cru comprendre que cette rente devait être servie prioritairement, ce qui signifie qu'à propos de l'héritage (si héritage il y a), mon ex-épouse sera servie d'abord et ce qu'il restera sera pour mes enfants. Mais s'il ne reste plus rien, ils n'auront rien, je n'ai pas envie de les léser.

    De plus, toujours à propos de cette prestation compensatoire, je dois préciser que mes revenus sont très très aléatoires, je peux percevoir un gros montant comme rien du tout pendant quelques mois et donc s'il devait m'arriver quelque chose (exemple : je suis cloué sur un lit d'hôpital et donc incapable de faire rentrer dans revenus réguliers) et que je n'ai plus de revenus, comme ferais-je pour cette rente ? Ma compagne actuelle me fait comprendre que cette rente devra être servie quoi qu'il arrive et elle craint de devoir tout prendre à sa charge (loyer, factures de notre foyer, etc.) si je ne perçois plus rien. Dans la mesure où cette rente doit être servie en priorité, elle se demande si elle sera impactée si plus aucun revenu ne rentre de mon côté. Il faudra bien sortir cet argent quelque part et l'argent que j'aurais réservé pour payer nos factures, notre loyer, les charges courantes, devra repartir de l'autre côté pour mon ex-femme, elle a peur de se retrouver à payer toutes les charges de notre foyer à cause de cela.

    Nous aurons toujours la possibilité de passer au tribunal pour faire réviser cette rente mais d'une part ce n'est pas dit que ça passera, d'autre part, je n'ai pas envie de retourner en procédure et ma compagne non plus.

    Comment puis-je faire pour accélérer cette procédure de divorce ? Ma future ex-femme ne raisonne plus donc la raisonner ne sert à rien, elle veut se venger de mon départ (en même temps j'en avais marre de tout payer pour une femme qui a décidé de ne plus bosser) et fait tout pour faire traîner et à cause de ça, je suis sur le point de perdre celle que j'aime.

    Conseillez-moi juridiquement svp. J'ai un avocat bien sûr qui me dit qu'il faut patienter...super.

    Merci...

  2. #2
    Pilier Junior

    Infos >

    Citation Envoyé par rinoa123 Voir le message
    Bonjour à tous,

    Je suis en train de divorcer après 17 ans de vie commune, la procédure traine depuis à peu près deux ans, nous sommes mariés sous le régime de la séparation de biens, elle demande une prestation compensatoire exorbitante + une résidence secondaire en indivision 50/50 (crédit contracté seul mais la maison est au deux noms) + une pension alimentaire élevée pour nos enfants mineurs. Je précise qu'il y a un écart de revenus considérable entre nous, je gagne plus qu'elle. Lors de notre vie commune, elle a travaillé mais n'a plus travaillé vers les dernières années, me laissant la charge de tout.
    L'ONC a eu lieu il y a plus d'un an et je lui verse des mesures provisoires assez importantes malgré une situation financière difficile. Le principe du divorce a été accepté.

    Je vis avec quelqu'un depuis plus de deux ans qui ne supporte plus la situation et les tensions, cette femme je l'aime et je ne veux pas la perdre. Je peux comprendre son stress et son désarroi, ma future ex-épouse cherchant à me plumer et oeuvrant sournoisement pour que nos enfants prennent sans cesse partie pour elle.

    De plus, ma future ex-épouse fait tout pour faire traîner le divorce. Que puis-je faire pour sortir de ce merdier ? Je me sens pris en otage et dans l'impossibilité de refaire ma vie. Ma future ex-épouse réclame une rente pour la prestation, mais comme j'ai des enfants d'un premier lit je pense que ce n'est pas une bonne idée, car s'il devait m'arriver quelque chose j'ai cru comprendre que cette rente devait être servie prioritairement, ce qui signifie qu'à propos de l'héritage (si héritage il y a), mon ex-épouse sera servie d'abord et ce qu'il restera sera pour mes enfants. Mais s'il ne reste plus rien, ils n'auront rien, je n'ai pas envie de les léser.

    De plus, toujours à propos de cette prestation compensatoire, je dois préciser que mes revenus sont très très aléatoires, je peux percevoir un gros montant comme rien du tout pendant quelques mois et donc s'il devait m'arriver quelque chose (exemple : je suis cloué sur un lit d'hôpital et donc incapable de faire rentrer dans revenus réguliers) et que je n'ai plus de revenus, comme ferais-je pour cette rente ? Ma compagne actuelle me fait comprendre que cette rente devra être servie quoi qu'il arrive et elle craint de devoir tout prendre à sa charge (loyer, factures de notre foyer, etc.) si je ne perçois plus rien. Dans la mesure où cette rente doit être servie en priorité, elle se demande si elle sera impactée si plus aucun revenu ne rentre de mon côté. Il faudra bien sortir cet argent quelque part et l'argent que j'aurais réservé pour payer nos factures, notre loyer, les charges courantes, devra repartir de l'autre côté pour mon ex-femme, elle a peur de se retrouver à payer toutes les charges de notre foyer à cause de cela.

    Nous aurons toujours la possibilité de passer au tribunal pour faire réviser cette rente mais d'une part ce n'est pas dit que ça passera, d'autre part, je n'ai pas envie de retourner en procédure et ma compagne non plus.

    Comment puis-je faire pour accélérer cette procédure de divorce ? Ma future ex-femme ne raisonne plus donc la raisonner ne sert à rien, elle veut se venger de mon départ (en même temps j'en avais marre de tout payer pour une femme qui a décidé de ne plus bosser) et fait tout pour faire traîner et à cause de ça, je suis sur le point de perdre celle que j'aime.

    Conseillez-moi juridiquement svp. J'ai un avocat bien sûr qui me dit qu'il faut patienter...super.

    Merci...
    Bonjour,

    Votre avocat gère vos intérêts, donc il gère aussi ces soucis et les demandes de celle dont vous voulez divorcer.

    Votre pourriez demander à votre copine de cesser de se mêler de ce qui ne la regarde pas, et décider de faire confiance à votre avocat à qui vous avez précisé vos attentes.

    Accepter d'être tourné en bourrique par l'une et l'autre, aucun texte de loi ne vous sera utile pour faire cesser cela.

    Enfin, comprendre que non, vous n'avez pas tout payé pour votre femme pourrait vous aider à passer le cap de l'impatience.
    Vous avez fait des choix, pris des décisions, qui à l'instant T correspondaient à ce que vous vouliez.

    Et même si vous ne le vouliez pas, vos démarches et leurs conséquences sont les mêmes, puisque chacun est libre tout de même d'agir ou pas. Vous le savez d'autant mieux que vous vous étiez penchés sur les contrats de mariage.

    Donc oui, patience.
    Laissez votre avocat gérer.

  3. #3
    Membre Junior

    Infos >

    Non je ne suis pas d'accord, je patiente depuis près de deux ans et ma compagne aussi, un divorce ne devrait pas durer aussi longtemps. Je ne suis même pas certain que vous ayez raison de dire que ce divorce ne concerne pas ma compagne, elle est concernée de très près puisque les conséquences de ce divorce la concernent directement, c'est même assez insensé (et c'est même un discours tout fait, un dogme) de considérer que les compagnons ou compagnes qui nous accompagnent au quotidien dans un divorce ne sont pas concernés. Une rente peut clairement hypothéquer l'avenir d'un homme et plonger le futur foyer dans les difficultés financières si cette rente doit effectivement être versée prioritairement.

    C'est impossible de patienter quand rien n'avance et quand de l'autre côté on attend que je renfloue les caisses pour exiger une prestation compensatoire exorbitante. Avec les tribunaux qui sont engorgés, je veux à tout prix signer un divorce devant notaires mais ma future ex-épouse sachant les tensions qu'il y a eu entre ma compagne et moi, refuse catégoriquement et empoche des mesures provisoires très généreuses.

    Je ne vous réponds pas personnellement, mais je suis là pour des conseils juridiques. Et je ne vois pas pourquoi vous soutenez que je n'ai pas tout payé pour elle et notre foyer car si je l'ai vraiment fait. Les décisions n'ont pas été prises ensemble, elles m'ont été imposées. Si je ne subvenais à rien, personne ne mangeait.

    Que puis-je faire pour faire avancer ce divorce? Je comprends ma compagne, elle ne peut avoir aucun projet avec moi et veut des enfants car elle n'en a pas et avance dans l'âge, cette situation commence à nous peser. On ne peut pas se marier évidemment, on ne peut pas non plus vivre ensemble car elle craint pour cette histoire de rente, on ne peut pas faire d'enfant tant que c'est le merdier à ce point, elle m'aime mais elle entrevoit un avenir sombre à mes côtés vu tous les problèmes que ma future ex-épouse me fait.

    Re-merci...

  4. #4
    Pilier Sénior

    Infos >

    Bonjour,
    Le seul moyen d'accélérer les choses c'est de "faire la part du feu" et accepter un compromis en négociant.
    C'est très difficile de faire cette démarche surtout si les exigences de l'autre partie semblent disproportionnées.
    Et un divorce qui dure 2 ans c'est très courant et même assez rapide dès lors que des divergences existent.

    Votre avocat est le mieux placé pour vous donner les pistes d'accélération envisageables dans votre cas particulier.

  5. #5
    Membre Junior

    Infos >

    J'ai cédé sur pas mal de points voyez-vous, mais ce n'est pas encore suffisant pour ma future ex-épouse. En clair si je veux être tranquille, il faudrait que je lui donne tout ce qu'elle demande sinon c'est divorce conflictuel et comme je refuse de me couper les deux bras en plus de tout ce qu'elle demande, on est en plein dans le divorce conflictuel. Je veux en sortir, elle non.

    J'ai proposé une négociation mais elle refuse catégoriquement, elle veut aller au conflit pour continuer à bénéficier des mesures provisoires ordonnées par le juge et nuire à ma relation de couple...

    Comment négocier avec quelqu'un qui refuse de négocier ? Juridiquement, que puis-je faire ?

  6. #6
    Pilier Sénior

    Infos >

    Comment négocier avec quelqu'un qui refuse de négocier ? Juridiquement, que puis-je faire ?
    C'est votre avocat qui a la réponse ....

  7. #7
    Pilier Sénior

    Infos >

    bonjour,
    juridiquement, votre compagne n'a pas à intervenir dans la procédure de divorce.
    la prestation compensatoire a justement pour but, de compenser, autant qu'il est possible la disparité que la rupture du mariage crée dans les conditions de vie respectives des époux divorcés.
    mais comme cela a été déjà indiqué, c'est à votre avocat que vous devez poser vos questions, vous le payez pour cela.
    salutations

  8. #8
    Membre Junior

    Infos >

    Je sais mais mon avocat à d'autres dossiers et d'autres clients...et je me dis que les internautes ont peut-être quelques conseils à me donner? Je suis désespéré et je me sens affreusement seul. Je me sens privé de ma liberté, je sais qu'il est des passés qui hypothèquent l'avenir mais quand on le vit, je vous assure qu'on a qu'une seule envie, tout lâcher. Seulement si je flanche et si je lâche, je perds tout, y compris celle qui me redonne foi dans la vie. C'est vraiment très dur.
    Mon avocat me dit qu'on ne peut rien accélérer tant que les tribunaux seront fermés et tant qu'il y aura un refus de négocier. Je suis condamné à payer encore et toujours pour retrouver ma liberté?

    - - - Mise à jour - - -

    Si elle n'intervient pas, elle subit par ricochet car je subis. Est-ce mieux ? Je vous avoue que je ne comprends pas ce dogme interdisant presque à tout compagnon ou compagne d'intervenir dans un divorce, comme si un divorce était sacré et l'affaire de deux personnes, alors même que les conséquences de ce même divorce peuvent concerner des années entières celui ou celle qui partage notre vie...

    Heureusement qu'elle a été là pour m'alerter sur ce système de rente, que je fasse ma vie avec elle ou pas, accepter de verser la prestation compensatoire sous forme de rente a des conséquences pour mon avenir et celui de mes enfants issus d'un premier lit. Si elle ne m'en avait pas parlé, j'aurais signé les yeux fermés. Sans compter que si je n'ai plus de revenus, cette rente devra être versée coûte que coûte. Si je m'installe avec quelqu'un et que nous partageons les frais, si je n'ai plus de revenus ou plus assez, cette personne aura la charge de toutes nos factures puisque cette rente devra être versée. Dans ce contexte, comment demander à celui qui partage notre vie de rester en dehors ?? Les conséquences peuvent être tellement lourdes...

  9. #9
    Pilier Junior

    Infos >

    Citation Envoyé par rinoa123 Voir le message
    Non je ne suis pas d'accord, je patiente depuis près de deux ans et ma compagne aussi, un divorce ne devrait pas durer aussi longtemps. Je ne suis même pas certain que vous ayez raison de dire que ce divorce ne concerne pas ma compagne, elle est concernée de très près puisque les conséquences de ce divorce la concernent directement, c'est même assez insensé (et c'est même un discours tout fait, un dogme) de considérer que les compagnons ou compagnes qui nous accompagnent au quotidien dans un divorce ne sont pas concernés. Une rente peut clairement hypothéquer l'avenir d'un homme et plonger le futur foyer dans les difficultés financières si cette rente doit effectivement être versée prioritairement.

    C'est impossible de patienter quand rien n'avance et quand de l'autre côté on attend que je renfloue les caisses pour exiger une prestation compensatoire exorbitante. Avec les tribunaux qui sont engorgés, je veux à tout prix signer un divorce devant notaires mais ma future ex-épouse sachant les tensions qu'il y a eu entre ma compagne et moi, refuse catégoriquement et empoche des mesures provisoires très généreuses.

    Je ne vous réponds pas personnellement, mais je suis là pour des conseils juridiques. Et je ne vois pas pourquoi vous soutenez que je n'ai pas tout payé pour elle et notre foyer car si je l'ai vraiment fait. Les décisions n'ont pas été prises ensemble, elles m'ont été imposées. Si je ne subvenais à rien, personne ne mangeait.

    Que puis-je faire pour faire avancer ce divorce? Je comprends ma compagne, elle ne peut avoir aucun projet avec moi et veut des enfants car elle n'en a pas et avance dans l'âge, cette situation commence à nous peser. On ne peut pas se marier évidemment, on ne peut pas non plus vivre ensemble car elle craint pour cette histoire de rente, on ne peut pas faire d'enfant tant que c'est le merdier à ce point, elle m'aime mais elle entrevoit un avenir sombre à mes côtés vu tous les problèmes que ma future ex-épouse me fait.

    Re-merci...
    Même en séparation de biens, le mariage implique la participation de chacun aux charges du MENAGE en fonction de ses capacités respectives.

    Ces décisions n'ont pas été imposées, elles découlaient de vos obligations d'époux.

    Légalement, personne ne vous a imposé d'inscrire votre épouse propriétaire à 50% d'un bien financé par vos seuls revenus.

    Si les conséquences financières de votre divorce impacte la décision de votre compagne actuelle de rester en relation ou pas avec vous, c'est d' un tout autre domaine que le juridique dont il est question ; mais c'est vous qui en parlez de l'inquiétude de votre compagne à propos de vos finances..

    - - - Mise à jour - - -

    Citation Envoyé par rinoa123 Voir le message
    Je sais mais mon avocat à d'autres dossiers et d'autres clients...et je me dis que les internautes ont peut-être quelques conseils à me donner? Je suis désespéré et je me sens affreusement seul. Je me sens privé de ma liberté, je sais qu'il est des passés qui hypothèquent l'avenir mais quand on le vit, je vous assure qu'on a qu'une seule envie, tout lâcher. Seulement si je flanche et si je lâche, je perds tout, y compris celle qui me redonne foi dans la vie. C'est vraiment très dur.
    Mon avocat me dit qu'on ne peut rien accélérer tant que les tribunaux seront fermés et tant qu'il y aura un refus de négocier. Je suis condamné à payer encore et toujours pour retrouver ma liberté?

    - - - Mise à jour - - -

    Si elle n'intervient pas, elle subit par ricochet car je subis. Est-ce mieux ? Je vous avoue que je comprends pas ce dogme interdisant presque à tout compagnon ou compagne d'intervenir dans un divorce, comme si un divorce était sacré et l'affaire de deux personnes, alors même que les conséquences de ce même divorce peuvent les concerner des années entières...
    Heureusement qu'elle a été là pour m'alerter sur ce système de rente, que je fasse ma vie avec elle ou pas, accepter de verser la prestation compensatoire sous forme de rente a des conséquences pour mon avenir et celui de mes enfants issus d'un premier lit. Si elle ne m'en avait pas parlé, j'aurais signé les yeux fermés. Sans compter que si je n'ai plus de revenus, cette rente devra être versée coûte que coûte. Si je m'installe avec quelqu'un et que nous partageons les frais, si je n'ai plus de revenus ou plus assez, cette personne devra avoir la charge de toutes nos factures puisque cette rente devra être versée. Dans ce contexte, comment demander à celui qui partage notre vie de rester en dehors ? Les conséquences peuvent être tellement lourdes...
    Vous n'êtes pas obligé de ramener votre divorce dans votre vie de couple actuelle...

    Ce n'est pas un dogme, c'est juste du bon sens, faire la part des choses, entre ce qui concerne soi, ce qui concerne le couple et ce qui concerne l'autre.


    Vous parlez que sans elle vous auriez signé les yeux fermés : ce n'est quand même pas un problème juridique si vous avez du mal à les garder ouverts, ou si vous ne faites pas l'effort de regarder..

  10. #10
    Membre Junior

    Infos >

    Oui, je me mets à sa place car nous en avons longuement parlé. Les conséquences d'une prestation compensatoire servie sous forme de rente aura des conséquences à la fois pour celle qui partagera ma vie et pour mes enfants issus du premier lit puisque j'ai cru comprendre que quoi qu'il arrive, ma future ex-épouse devra être servie en premier. Je ne suis pas un *******, je ne veux pas signer pour quelque chose qui mettra en danger tout le monde. Non elle ne craint pas pour mes finances, elle anticipe et elle s'inquiète surtout pour ses finances à elle, si nous nous installons ensemble et que je ne n'ai plus ou très peu de revenus, elle se retrouvera à payer l'ensemble des charges de notre foyer puisque ce que je gagnerai devra forcément être donnée de l'autre côté, le problème étant que mes revenus sont assez aléatoires. Et faire réviser une rente apparemment n'est pas si simple.
    Je peux avoir une année totalement blanche et l'autre année, une année normale.

  11. #11
    Pilier Junior

    Infos >

    Citation Envoyé par rinoa123 Voir le message
    Oui, je me mets à sa place car nous en avons longuement parlé. Les conséquences d'une prestation compensatoire servie sous forme de rente aura des conséquences à la fois pour celle qui partagera ma vie et pour mes enfants issus du premier lit puisque j'ai cru comprendre que quoi qu'il arrive, ma future ex-épouse devra être servie en premier. Je ne suis pas un *******, je ne veux pas signer pour quelque chose qui mettra en danger tout le monde. Non elle ne craint pas pour mes finances, elle anticipe et elle s'inquiète surtout pour ses finances à elle, si nous nous installons ensemble et que je ne n'ai plus ou très peu de revenus, elle se retrouvera à payer l'ensemble des charges de notre foyer puisque ce que je gagnerai devra forcément être donnée de l'autre côté, le problème étant que mes revenus sont assez aléatoires. Et faire réviser une rente apparemment n'est pas si simple.
    Je peux avoir une année totalement blanche et l'autre année, une année normale.
    Le principe de la prestation compensatoire, est qu'elle doit être réglée.
    Si vous êtes redevable d'une prestation de 100 000 euros, et qu'à votre décès, il vous restait 50 000 euros à verser, ils seront prélevés sur votre succession, ou pas si elle est nulle.
    Ou la rente peut continuer d'être versée si vos héritiers et votre ex femme s'entendent là dessus.

  12. #12
    Pilier Sénior

    Infos >

    Bonjour,

    D'après vos autres messages, vous avez déjà eu deux mariages et vous en êtes au deuxième divorce, avec deux enfants nés de chaque union.
    A votre décès, vos ex épouses se partageront votre pension de réversion proportionnellement aux années de mariage : en refusant le divorce, votre épouse actuelle conforte son nombre d'années de mariage (même si vous ne vivez plus ensemble) et empêche votre future épouse de cumuler le nombre d'années de mariage. Et si les mesures provisoires lui sont favorables, elle a toutes les raisons de faire traîner au maximum.

    Je ne comprends pas que vous vous soyez mariés sous le régime de la séparation de biens, mais d'avoir acheté 50/50 une résidence secondaire que vous avez financé seul. Ne pouvez vous vendre cette résidence, quitte à partager le produit de la vente avec votre épouse ?

    -Que vous deviez payer une pension alimentaire pour les enfants, c'est normal. En ce qui concerne la prestation compensatoire, tout dépend du nombre d'années de mariage et si votre épouse a dû sacrifier sa carrière pour vous suivre professionnellement ou pour élever vos enfants. Actuellement très peu de P.C. sont accordées en rente viagère. La majorité des rentes sont accordées en capital, soit payable en une seule fois, soit payable sur 8 ans en 96 mensualités. Refusez toute demande de rente viagère.

    Si vous êtes séparés depuis au moins deux ans, vous devriez pouvoir divorcer pour altération du lien familial Divorce pour alteration definitive du lien conjugal | service-public.fr

  13. #13
    Membre Junior

    Infos >

    Bonjour,

    Je vous remercie à tous pour vos interventions, elles m'ont toujours aidé.

    J'ai une question par rapport à la pension de réversion, dans les négociations qui vont forcément s'ouvrir avec ma future ex-épouse, puis-je lui demander de renoncer clairement (donc il faudra que ce soit mentionné dans l'accord si accord il y a) à la pension de réversion puisqu'elle touchera une prestation compensatoire? Prestation versable sous forme de capital, je refuse catégoriquement la rente.

    La pension de réversion est-elle impérative ou peut-on y renoncer dès lors qu'on touche une prestation compensatoire ?

    Je vous remercie de m'éclairer sur ce point...

    R.

  14. #14
    Pilier Sénior

    Infos >

    Vous pouvez toujours demander ...
    Mais si elle y a droit, elle pourra en bénéficier, même si elle a signé un accord avec vous avant votre décès.
    Pour bénéficier de la pension de réversion, il y a des conditions de revenus https://www.lassuranceretraite.fr/po...eversion-1.pdf
    et une prestation compensatoire suite à un divorce fait partie des ressources à déclarer.

    Il faut surtout que votre avocat n'accepte pas une prestation compensatoire sous forme de rente, car elle grèverait votre budget et celui de vos héritiers. Il faut que ce soit versé en capital pour "limiter les dégâts".

  15. #15
    Membre Junior

    Infos >

    Merci pour ce retour. Oui c'est un droit mais je me demande si c'est un droit auquel on peut renoncer par convention de divorce, ou s'il est impératif de percevoir cette pension quel que soit l'accord qui a été trouvé entre les deux parties.

  16. #16
    Pilier Sénior

    Infos >

    Citation Envoyé par rinoa123 Voir le message
    Merci pour ce retour. Oui c'est un droit mais je me demande si c'est un droit auquel on peut renoncer par convention de divorce, ou s'il est impératif de percevoir cette pension quel que soit l'accord qui a été trouvé entre les deux parties.
    Et pourquoi elle y renoncerait ? Ceci n'augmentera pas pour autant la part de votre autre épouse.
    Mais je pense sérieusement que ce type de "renonciation" n'a aucune valeur juridique et qu'elle pourra toujours faire valoir ses droits (si elle y a droit..; cf plus haut)

    C'est à votre avocat de faire valoir auprès du juge les "espérances" de votre ex-épouse afin de faire diminuer le montant de la prestation compensatoire.

    - - - Mise à jour - - -

    er je plussoie la réponse de Yooyoo
    -Que vous deviez payer une pension alimentaire pour les enfants, c'est normal. En ce qui concerne la prestation compensatoire, tout dépend du nombre d'années de mariage et si votre épouse a dû sacrifier sa carrière pour vous suivre professionnellement ou pour élever vos enfants. Actuellement très peu de P.C. sont accordées en rente viagère. La majorité des rentes sont accordées en capital, soit payable en une seule fois, soit payable sur 8 ans en 96 mensualités. Refusez toute demande de rente viagère

  17. #17
    Membre Junior

    Infos >

    Re merci, je posais la question car il me semble que juridiquement il est possible pour une ex-épouse de renoncer à la pension de réversion en raison justement de la prestation compensatoire perçue au moment du divorce. Bien sûr qu'elle ne dira pas oui car ce n'est pas dans son intérêt, puisqu'elle veut tout jusqu'au dernier centime, mais il me semble qu'il est possible d'oeuvrer pour qu'une ex-épouse n'ait pas les deux.

    Merci pour votre lien, effectivement dans le formulaire de demande de pension de réversion, il faut indiquer le montant de la prestation compensatoire, j'imagine que le jugement de divorce sera demandé à ce moment-là.

    S'il est possible qu'elle renonce à cette pension de réversion et qu'elle touche une prestation, cela me va, mais si il n'est pas possible de renoncer à cette pension, j'aime autant réduire le capital de la prestation afin qu'elle ne jouisse pas des deux.

    N'ayez crainte, je ne compte nullement signer pour une rente viagère, j'ai été bête par le passé mais plus maintenant. J'ai tout donné à cette femme même pas par amour mais parce qu'il fallait bien ramener des sous à la maison sinon personne ne mangeait, et au lieu d'être reconnaissante de ces années de mariage où j'ai clairement tout assumé seul, elle veut tout me prendre et m'empêcher de refaire ma vie.

  18. #18
    Pilier Sénior

    Infos >

    bonjour,
    même si votre ex renonce dans un document à sa pension de reversion, rien ne lui interdira de la demander et de l'obtenir puisque l'organisme devant verser cette pension de reversion n'est pas partie à ce document et ne lui est donc pas opposable, si votre ex demande à percevoir la pension de reversion, l'organisme concerné vérifiera si elle remplit les conditions exigées et si elle remplit ces conditions, elle percevra cette pension de reversion.
    mais il me semble que la réforme des retraites prévoyait la suppression de la pension de reversion pour les divorcés, mais j'ignore si cela a été maintenu.
    salutations

  19. #19
    Pilier Sénior

    Infos >

    Même si aujourd'hui votre épouse donnait son accord pour renoncer à la pension de réversion, rien ne lui interdit de changer d'avis le moment venu.
    Si votre épouse perçoit une P.C. en capital, c'est soit payé en une seule fois, soit sur 8 ans. Si vous veniez à décéder avant l'échéance des 8 ans, le solde dû pour la P.C. serait payé en priorité sur l'héritage.
    Donc soit dans 8 ans, soit à votre décès (si avant 8 ans) elle ne percevra plus de P.C. (à elle d'économiser avant) et elle pourra prétendre à la pension de réversion (proportionnellement au nombre d'années de mariage).

  20. #20
    Membre Junior

    Infos >

    Merci pour vos retours,

    Alors pour moi mais je me trompe peut-être, un capital versé sur 8 ans (96 mensualités) c'est une rente et plus un capital. je suis assez âgé, j'ai 57 ans.

    Dans tout ce que vous me dites, je comprends que la pension sera de toute façon versée, une partie à ma première épouse et une autre partie à celle dont je suis en train de divorcer. Je ne peux pas verser une prestation trop énorme à ma seconde épouse compte tenu de cette possibilité. Je vais tenter de négocier pour verser moins de prestation en lui indiquant que de toute façon, elle bénéficiera de la pension de réversion quand je ne serai plus là. Mais je ne suis même pas certain que cet argument puisse marcher puisqu'elle peut partir avant moi ! Ah le mariage...un cadeau !!!!

  21. #21
    Pilier Sénior

    Infos >

    Alors pour moi mais je me trompe peut-être, un capital versé sur 8 ans (96 mensualités) c'est une rente
    Si ce n'est que dans ce cas, le montant global à payer est connu d'avance : ce n'est pas comme une rente viagère qui peut durer jusqu'au décès de la bénéficiaire.

    Je vais tenter de négocier pour verser moins de prestation en lui indiquant que de toute façon, elle bénéficiera de la pension de réversion quand je ne serai plus là
    Ce n'est pas un argument : vous ignorez totalement si vous allez encore vivre 5, 20 ou 40 ans. Il est même possible que votre épouse décède avant vous.

    Ah le mariage...un cadeau !!!!
    Et pourtant vous êtes impatient de recommencer une troisième fois

  22. #22
    Pilier Junior

    Infos >

    Il faut que votre avocat soit un véritable conseil en stratégie, pas l'éxécuteur des hautes oeuvres. Perso, j'ai eu un avocat catastrophique fin 1999 qui n'avait pas entendu parler de la Loi de 2000, ça m'a coûté une chère PC en rente viagère payée quinze années. Et n'hésitez pas à en changer si il veut aller trop vite ou si ses conseils se rapprochent trop de ceux de votre ex.

    A ce jour, la PC due est réglée sous forme d'un capital. Mais elle peut être versée sous forme de mensualités sur 96 mois, sur votre demande. Donc, vous empruntez , disons 100000¤, et vous remboursez cela, tout en versant ces mensualités. Ne faites la grave erreur d'accepter une rente viagère. Jamais de rente viagère qui serait indexée et qui vous prendra 20, 30 voire 40% de votre revenu à vie. Battez vous sur son montant, qui doit étre proportionné à votre revenu, de manière raisonnable. Ne lâchez rien, pensez que vous avez un revenu aléatoire, faites en sorte qu'il baisse si vous le pouvez (difficile d'en dire plus sur un forum), en pensant que vous avez 57 ans. Donc faites baisser cette fichue PC en projet, faites traîner, ça, c'est pas grave, même si vous occultez cela vis à vis de votre nouvelle compagne. Ne cherchez pas à accélérer le processus, vous seriez perdant.

    Et oubliez la réversion, elle la percevra quoi qu'il arrive, sauf projet du GVT. Car le capîtal que forme la PC est fixé au jugement, il est figé, et si vous décédez, il reste dû.

    MP si vous voulez.

  23. #23
    Membre Junior

    Infos >

    Bonjour,

    Merci Coco (et tous les autres) pour ce retour. Je vous remercie de m'alerter sur la rente viagère mais n'ayez pas d'inquiétude, je ne compte pas accepter cette folie.

    Non je ne peux pas faire traîner, je ne pense pas que ce soit la bonne solution. Faire traîner et payer des mesures provisoires exorbitantes parce que Madame s'est arrangée pour être quasi-insolvable, je n'en ai pas envie non plus. Et puis vis-à-vis de ma compagne, je ne trouve pas ça très sympa.

    Mais le versement d'un capital sur 96 mois pour moi c'est une rente et plus un capital.

  24. #24
    Pilier Sénior

    Infos >

    Juste une question de vocabulaire :
    Mais le versement d'un capital sur 96 mois pour moi c'est une rente et plus un capital.
    "rente" dans ce cas s'assimile à "rente viagère" (= pour toute la durée de la vie de la bénéficiaire dont la date de fin est inconnue, et donc le montant total versé aussi) à l'inverse d'un capital versé en 96 versements et donc dont la durée et le total versé sont parfaitement connus dès le départ.

    Ne confondez surtout pas ! Parfois une mauvaise interprétation d'un terme peut vous mener dans un mur.

Discussions similaires

  1. [Vie commune, Rupture] Comment faire au mieux pour qu'il garde la maison
    Par cameleandre dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 10
    Dernier message: 02/05/2015, 15h49
  2. [Vie commune, Rupture] Votre aide pour mieux réussir mon divorce que mon mariage
    Par Denissici dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 22
    Dernier message: 25/09/2013, 13h09
  3. [Succession, Donation] Succession difficile, très difficile.
    Par Grosmorne dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 65
    Dernier message: 10/09/2013, 17h15
  4. [Vie commune, Rupture] Vaut-il mieux vendre un bien immobilier avant un divorce ?
    Par Melman dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 1
    Dernier message: 07/07/2013, 18h17
  5. [Vie commune, Rupture] situation delicate avec un petit au mieux ( divorce )
    Par Nservice dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 7
    Dernier message: 31/08/2009, 18h49