Affichage des résultats 1 à 23 sur 23

Discussion : désaccord sur le choix du psy pour un enfant

  1. #1
    Membre Cadet

    Infos >

    Bonsoir à tous et toutes

    Depuis 3 mois environ j'ai décidé d'emmener mon fils de bientôt 7 ans consulter un psychologue car je rencontrais quelques soucis avec lui à la maison et à l'école.
    J'ai porté mon choix vers un psychologue que j'avais rencontré 2 ou 3 fois pour une médiation familiale, j'avais proposé au père de mon fisl de voir un médiateur, il avait refusé. Suite à un désaccord médical en 2012, le JAF avait ordonné une médiation et avait nommé la personne que j'avais rencontré car rattaché au tribunal de ma juridiction ce que j'ignorais quand je l'avais rencontré les 2 premières fois La médiation ne s'est pas faite car mon ex conjoint a refusé de continuer suite à son entretien individuel avec le médiateur.
    Ce médiateur étant psychologue et connaissant donc "le" dossier je me suis dirigée vers lui pour mon fils, hors le père ne souhaite pas que ce psy suive notre enfant. je l'ai informé suite au premier rdv de notre fils, il m'a répondu qu'il n'est pas contre un suivi mais pas avec cette personne car je cite "n'aime pas sa façon de penser". je suis assez dubitative concernant cet argument mais soit...
    Mon fils voit donc le psy 1 à 2 fois par mois, ce qui n'est pas énorme et le verra surement jusqu'à la fin de l'année scolaire. donc suivi pas long à mon sens. Mon fils se sent à l'aise avec lui et l'aime bien, je refuse donc de changer de psy. Ce qui m'importe aujourd'hui c'est l'interet de mon fils et si il est bien avec ce psy pourquoi en changer.

    Que se passerait-il si le père de mon fils contactait le psy pour lui demander d'arrêter de suivre notre enfant? Le psy serait-il dans l'obligation de cesser de suivre mon fils parce que le papa n'aime pas cette personne?

    je vous remercie d'avance pour vos réponses et désolée pour le pavé
    Bonne soirée
    Dernière modification par gloria63 ; 02/04/2014 à 20h07.

  2. #2
    Pilier Junior

    Infos >

    Vous ne donnez pas assez d'information sur votre cas.
    Qui a la garde de l'enfant?
    Si c'est vous, votre ex-conjoint ne pourra, comme la fois précédente, que saisir le JAF pour s'opposer à votre décision. Comme il n'a pas respecté le choix de médiation qui lui avait été proposé, il y de fortes chances que le JAF aille dans votre sens.
    Prévenez le psychologue de la démarche probable de votre ex-conjoint, qu'il n'en tienne pas compte en attente de la décision du JAF, si votre ex-conjoint va jusque là... L'important est que votre fils aille jusqu'au bout de cet accompagnement puisque celui-ci semble lui convenir.

  3. #3
    Membre Cadet

    Infos >

    tout d'abord merci pour votre réponse.
    C'est vrai que je n'ai pas précisé pour la résidence, mon fils est en résidence principale chez moi.
    J'avais déjà in formé le psy du refus du papa en janvier, il m'avait répondu qu'il attendait que le papa ce manifeste directement auprès de lui.

    encore merci

  4. #4
    Membre Cadet

    Infos >

    Bon coup de fil du psy tout à l'heure, le papa lui a fait parvenir un courrier pour exprimer le fait qu'il ne souhaite pas que le psy suive notre fils....
    donc maintenant que faire?

  5. #5
    Pilier Sénior

    Infos >

    Pour connaître un peu le sujet, il semblerait que voir un psy pour une sceance soit un acte usuel de l'autorité parentale, alors qu'un suivi psy est un acte non usuel , donc cela necessitte l'accord des deux parents.
    Donc si le père a clairement manifesté son désaccord auprès de la psy de poursuivre son travail , il n'y a pas grand chose à faire .
    En effet c'est la psy qui se mettrait en faute si elle poursuivait . Le JAF n'a pas à statuer sur cela, vu que Monsieur a son mot à dire, et que ce n'est pas aller contre l’intérêt de l'enfant que de vouloir avoir à faire à un autre professionnel .
    Et que le suivi psychologique étant un acte non usuel, il vous appartenait d'avoir son accord avant de le mettre en place .

  6. #6
    Membre Cadet

    Infos >

    Citation Envoyé par kang74 Voir le message
    Pour connaître un peu le sujet, il semblerait que voir un psy pour une sceance soit un acte usuel de l'autorité parentale, alors qu'un suivi psy est un acte non usuel , donc cela necessitte l'accord des deux parents.
    Donc si le père a clairement manifesté son désaccord auprès de la psy de poursuivre son travail , il n'y a pas grand chose à faire .
    En effet c'est la psy qui se mettrait en faute si elle poursuivait . Le JAF n'a pas à statuer sur cela, vu que Monsieur a son mot à dire, et que ce n'est pas aller contre l’intérêt de l'enfant que de vouloir avoir à faire à un autre professionnel .
    Et que le suivi psychologique étant un acte non usuel, il vous appartenait d'avoir son accord avant de le mettre en place .
    Mince, donc le psy ne doit plus suivre mon fils?
    franhcment je pourrais comprendre si il y avait de bons arguments sur ce refus hors il n'y en a pas, sauf qu'en gros le papa n'aime pas cette personne pour je ne sais quelle obscure raison!
    c'est vraiment dommage car le suivi est presque fini et s'arrêter d'un coup comme ça et aller ailleurs et recommencer alors que cette personne convenait à mon fils et bien ça me déçoit beaucoup....

  7. #7
    Pilier Sénior

    Infos >

    Mis à part si le psy considère que l'enfant est clairement en danger, et qu'il a fait un signalement, il peut être embêté .
    Il aurait été plus simple que le père soit en total désaccord avec tout suivi psychologique, pour légitimer une action devant le JAF . En plus si il vous a clairement dit qu'il n'etait pas d'accord pour que son fils soit suivi par ce psy, et que vous l'avez fait quand même, on va vous remonter les bretelles ...

  8. #8
    Membre Cadet

    Infos >

    Citation Envoyé par kang74 Voir le message
    Mis à part si le psy considère que l'enfant est clairement en danger, et qu'il a fait un signalement, il peut être embêté .
    Il aurait été plus simple que le père soit en total désaccord avec tout suivi psychologique, pour légitimer une action devant le JAF . En plus si il vous a clairement dit qu'il n'etait pas d'accord pour que son fils soit suivi par ce psy, et que vous l'avez fait quand même, on va vous remonter les bretelles ...
    quand il m'a demandé si notre fils était toujours suivi par cette personne je lui ai répondu que oui car notre fils était à l'aise avec lui et l'aimait bien donc je ne voyais pas de problèmes!
    mon fils n'est pas en danger, il a juste besoin de pouvoir parler librement avec un professionnel, je n'assiste pas aux séances et ne sait donc pas ce que dit mon fils, c'est lui le patient! je trouvais cette personne tout à fait apte à voir mon fils, d'autant qu'il nous avait reçu, le papa et moi et je l'avais trouvé très bien, dans le cadre d'une médiation ordonnée par le juge. médiation acceptée par nous 2 le jour de l'audience puis refusée par le père ensuite...
    donc aux vues de ce que me dites, je dois donc renoncer à ce que mon fils poursuive avec cette personne, c'est vraiment très dommage...
    Dernière modification par gloria63 ; 03/04/2014 à 14h49.

  9. #9
    Pilier Sénior

    Infos >

    kang74, que risque vraiment gloria63 si elle persiste ? Quand on voit des non-présentations d'enfant, des radiations scolaires et autres actions plus graves non sanctionnées, on peut se demander quelle serait la réaction du JAF s'il venait à être saisi.
    De plus, "le psychologue nous avait reçu, le papa et moi et je l'avais trouvé très bien, dans le cadre d'une médiation ordonnée par le juge. médiation acceptée par nous 2 le jour de l'audience puis refusée par le père ensuite..."
    Gloria63, je serais vous, puisque le suivi est presque terminé, je ne tiendrais même pas compte des remarques du père. Après tout, s'il s'agissait d'un ORL, il faudrait changer aussi parce qu'il ne conviendrait pas à Mr ? Vous pourriez vous renseigner auprès du Greffe du JAF pour demander ce qui est du ressort des actes usuels ou non.
    En fonction des sanctions possibles, j'enverrais une LRAR au père en lui reprenant l'historique, lui demandant ses arguments contre le suivi par ce psy que votre fils semble apprécier et surtout, lui demandant ce qu'il compte mettre en place pour aider votre fils, avec quel professionnel. Dans l'attente, votre fils continuera à aller voir ce psy qui semble lui être bénéfique. Dans l'attente de la réponse, ça sera toujours ça de gagné...
    Il me semble que le père souhaite avant tout imposer sa volonté, ce qu'il n'a sans doute pas pu faire avec le psychologue et c'est la raison pour laquelle il ne le trouve pas à son goût.

  10. #10
    Pilier Sénior

    Infos >

    Biloba, le choix d'un ORL, c'est un acte usuel . Comme je vous l'ai dit un suivi psychologique ou psychiatrique a été défini comme un acte non usuel ; et cela fait une énorme différence . C'est un peu comme si Monsieur décidait de faire appel à un médecin pour circoncire son fils ; il peut avoir les arguments qu'il veut, il doit avoir l'accord de l'autre parent ; et le médecin aussi .
    Que risque Gloria ? Et bien si Monsieur n'est pas procédurier et si il ne demande rien , pas grand chose dans la plupart des cas. ... Tout dépend la position du papa, mais sans parler de changement de résidence habituelle, cela peut etre des dommages et intérêts.
    Par contre, la psychologue elle , risque pas mal . Je la vois mal se positionner contre l'avis du papa .

  11. #11
    Membre Cadet

    Infos >

    Citation Envoyé par Biloba Voir le message
    kang74, que risque vraiment gloria63 si elle persiste ? Quand on voit des non-présentations d'enfant, des radiations scolaires et autres actions plus graves non sanctionnées, on peut se demander quelle serait la réaction du JAF s'il venait à être saisi.
    De plus, "le psychologue nous avait reçu, le papa et moi et je l'avais trouvé très bien, dans le cadre d'une médiation ordonnée par le juge. médiation acceptée par nous 2 le jour de l'audience puis refusée par le père ensuite..."
    Gloria63, je serais vous, puisque le suivi est presque terminé, je ne tiendrais même pas compte des remarques du père. Après tout, s'il s'agissait d'un ORL, il faudrait changer aussi parce qu'il ne conviendrait pas à Mr ? Vous pourriez vous renseigner auprès du Greffe du JAF pour demander ce qui est du ressort des actes usuels ou non.
    En fonction des sanctions possibles, j'enverrais une LRAR au père en lui reprenant l'historique, lui demandant ses arguments contre le suivi par ce psy que votre fils semble apprécier et surtout, lui demandant ce qu'il compte mettre en place pour aider votre fils, avec quel professionnel. Dans l'attente, votre fils continuera à aller voir ce psy qui semble lui être bénéfique. Dans l'attente de la réponse, ça sera toujours ça de gagné...
    Il me semble que le père souhaite avant tout imposer sa volonté, ce qu'il n'a sans doute pas pu faire avec le psychologue et c'est la raison pour laquelle il ne le trouve pas à son goût.
    j'ai déjà céder sur le choix de l'école, j'ai du aller jusque devant le jaf il y a 2 ans, uadience pendant laquelle la fameuse médiation avait été ordonnée, pour que mon fils puisse se faire opérer d'un soucis de zizi alors que son père refusait que l'opéation ait lieu, j'ai fait face aux délires médicaux du papa qui trainait notre fils chez divers médecins parce que pour lui il était un grand asthmatique (d'ailleurs mon fils n'a aujourd'hui plus de soucis bronchiques et ne prend plus de traitement) et là il me faudrait encore céder parce que le papa n'aime pas le psy...c'est là que pour moi ça coince car c'est le seul argument avancé aujourd'hui "je n'aime pas sa façon de penser"
    je précise que lorsqu'il m'a informée de son choix de ne pas faire la médiation dans son message il me disait me laissait la responsabilité et être la seule garante de la santé de notre fils mais bien entendu de l'informer ce que je continue de faire, donc de ce fait je ne voyais pas le soucis en choisissant ce psy quand je l'ai informé par mail...

  12. #12
    Pilier Sénior

    Infos >

    Je pense qu'effectivement, vous ne risquez pas grand chose .
    Il aurait été plus souhaitable que vous lui demandiez clairement et que vous ayez clairement son desaccord pour saisir le JAF et qu'il tranche . Là, le risque aurait été que le juge vous dise de changer de psy ( et , encore, pas sur, au vu du passif ), mais la chose aurait été claire .
    Le probleme c'est que maintenant, le psy n'acceptera sûrement plus de voir votre fils , car il se mettrait en faute professionnellement.

  13. #13
    Membre Cadet

    Infos >

    Citation Envoyé par kang74 Voir le message
    Je pense qu'effectivement, vous ne risquez pas grand chose .
    Il aurait été plus souhaitable que vous lui demandiez clairement et que vous ayez clairement son desaccord pour saisir le JAF et qu'il tranche . Là, le risque aurait été que le juge vous dise de changer de psy ( et , encore, pas sur, au vu du passif ), mais la chose aurait été claire .
    Le probleme c'est que maintenant, le psy n'acceptera sûrement plus de voir votre fils , car il se mettrait en faute professionnellement.
    ça serait emmerdouillant pour le psy et je n'ai pas envie qu'il ait des ennuis si le papa décidait d'aller devant un juge!
    donc je dois voir avec le psy quelle serait sa décision même si je me doute qu'il n'a pas vraiment le choix que d'arrêter de suivre mon fils...
    pffff zut crottemoi je l'aimais bien et mon fils aussi!!
    en tout cas je vous remercie pour vos réponses même si aujourd'hui suis un peu perdue avec cette histoire!

  14. #14
    Pilier Sénior

    Infos >

    Ce qui est bien avec la justice c'est qu'on peut aussi se débrouiller pour trouver une solution, quand on a affaire un parent qui abuse de son autorité parentale juste pour vous faire c...r ou pour régler des problemes d'ego, non dans l’intérêt de l'enfant .
    Mais pour cela il faut le prouver ; vous auriez, avant toute chose ( médecin, intervention, psy, école) demandé son avis, récupéré ses refus et ses objections, éventuellement les difficultés rencontrées par les conséquences de ses refus, pour vous, pour l'enfant, avec des attestations de médecin ( pensez y pour le psy), vous saisissiez le JAF avec ses éléments pour prouver que l'autorité parentale conjointe n'est pas compatible avec l'interet de l'enfant, et demander à ce que ses droits soient réduits par rapport à celle ci .
    C'était trés jouable , surtout si lui n'a aucun argument légitime, et que vous , vous avez des attestations de medecin . Pour un peu qu'il vous enquiquine sur des sujets qui sont de l'ordre de votre privée, ou des reproches qui ont un rapport avec votre ex vie de couple ,c'est encore mieux ...
    Dernière modification par kang74 ; 03/04/2014 à 17h16.

  15. #15
    Membre Cadet

    Infos >

    concernant par exemple le soucis de l'opération de mon fils, j'avais je crois 5 certificats médicaus dont 2 qui venaient du côté du papa qui attestait de la necessité de l'opération mais il a continué à refuser! devant le juge aucun arguments clairs concernant son refus n'avaient été exprimé, le juge souhaitait nommé un expert médical, tout a fait logique et cela me convenait parfaitement. et finalment en délibéré le juge, aux vues du dossier fourni, il m'a laissé l'entière liberté de faire opérer mon fils sans le consentement du papa.
    des mails où il m'a reproché tout et n'importe quoi pendant quasiment 2 ans j'en ai après mais c'est le passé tout ça moi ce qui m'importe c'est aujourd'hui! depuis le jugement de fin 2012, il me laisse tranquille sauf pour cette histoire de psy où d'un coup il refuse! en fait ça me donne juste l'impression que toutes les décisions importantes sont contestées aujourd'hui c'est le psy demain ça sera autre chose certainement!

  16. #16
    Pilier Junior

    Infos >

    Kang est certainementlus competent que moi sur le sujet...je ne savais pas que le suivi psychologique était un acte non usuel, donc désolée pour ma réponse érronée.
    Cependant, je trouve que ça fait beaucoup, vous n'avez peut-être pas le choix pour le psy mais à votre place, comme ce n'est pas la première fois que le papa s'oppose à vous sur des décisions médicales et que le juge vous a déjà donné son aval (pour l'opération), je demanderais au JAF de vous désigner seule décisionnaire pour tout ce qui a trait à la santé de votre fils (je pense que ça revient à lui retirer son autorité parentale, mais je ne suis pas une pro...). En effet, même si depuis 2 ans, il vous laisse tranquille, il a l'air de revenir à la charge et vous n'allez quand même pas vous tourner vers la justice à chaque fois... Moi, à votre place, je tenterais le coup!

  17. #17
    Membre Cadet

    Infos >

    Citation Envoyé par tipule Voir le message
    Kang est certainementlus competent que moi sur le sujet...je ne savais pas que le suivi psychologique était un acte non usuel, donc désolée pour ma réponse érronée.
    Cependant, je trouve que ça fait beaucoup, vous n'avez peut-être pas le choix pour le psy mais à votre place, comme ce n'est pas la première fois que le papa s'oppose à vous sur des décisions médicales et que le juge vous a déjà donné son aval (pour l'opération), je demanderais au JAF de vous désigner seule décisionnaire pour tout ce qui a trait à la santé de votre fils (je pense que ça revient à lui retirer son autorité parentale, mais je ne suis pas une pro...). En effet, même si depuis 2 ans, il vous laisse tranquille, il a l'air de revenir à la charge et vous n'allez quand même pas vous tourner vers la justice à chaque fois... Moi, à votre place, je tenterais le coup!
    bnjour,

    je trouverais un peu fort d'aller jusque là quand même! mais je pense qu'il est évident qu'il s'opposera toujours pour quelque chose!

  18. #18
    Pilier Sénior

    Infos >

    Le jaf sera seul décisionnaire mais il me semble que cela vous faciliterait peut etre la vie ; vous seul pouvez avoir un avis sur la question .
    Je pense que pour des choses comme la santé, devoir gérer des désaccords peuvent avoir parfois de graves conséquences pour l'enfant . Ensuite viendra l'orientation de l'enfant, et si vous n'arrivez pas à vous entendre, etre pris entre deux feux peut aussi favoriser l’échec scolaire ( comme ça, plus de problemes entre ses parents)
    Il ne sera pas déchu de tous ses droits, mais seulement d'une partie de ses droits . L'autorité parentale est un droit qui n'a pour but que de preserver l'interet de l'enfant . Si ce n'est plus le cas, si ce droit se transforme en rapports de force, et donc remet en cause l’intérêt premier de ce droit, vous pouvez demander à etre seul décisionnaire de certaines décisions .
    Comme dit précédemment, il vous faut faire un solide dossier pour bien démontrer cela, pour faire comprendre que ce n'est pas sur une décision, mais plusieurs . Et surtout que vous, vous respectez ce droit à la lettre et que c'est cela le probleme .
    Pour le psy, envoyez lui un mail en lui proposant d'autres professionnels par exemple, de participer au travail de votre fils ... Si il refuse à chaque fois, c'est un signe ...

    ---------- Message ajouté à 10h09 ---------- Précédent message à 09h58 ----------

    Tipule, certaines jurisprudences ont fait évoluer le rapport acte usuel/ acte non usuel de travail psychologique, et le professionnel a l'obligation de bien différencier les deux . Un bilan, une expertise, des tests ne sont pas considérés comme avoir un impact sur le devenir de l'enfant ; un suivi, une psychothérapie , si .
    Mais meme en cas d'actes non usuels, si un des parents manifeste son désaccord, le tiers qui ne la pas pris en compte peut etre sanctionné si le parent saisit la justice . C'est pour cela que l'éducation nationale met à la disposition des enseignants un fascicule définissant cela ; les personnes etant de plus en plus proceduriere, il est de moins en moins rare que ces tiers aient des dommages et intérêts à payer, voire des sanctions professionnelles si leur code de déontologie le prévoit.

  19. #19
    Pilier Sénior

    Infos >

    Moi, je ferais preuve de fermeté vis-à-vis de ce père qui met systématiquement des bâtons dans les roues. Pourquoi serait-ce à gloria63 de demander une nouvelle audience ? Si le père tient tellement à faire appliquer ses directives, qu'il le fasse, lui ! Le JAF sera sûrement ravi de connaître les arguments contre le suivi par une personne recommandée par lui et qui semble bénéfique à l'enfant.
    En ce qui concerne l'immédiat, si le psychologue a reçu une lettre simple de la part du père, pourquoi serait-il obligé d'en tenir compte ? D'une part, aucun moyen de prouver qu'il a effectivement reçu quoi que ce soit si pas en LRAR. D'autre part, pourquoi l'autorité paternelle prendrait-elle le pas sur l'autorité maternelle ? Le suivi se poursuit jusqu'à la fin de l'année scolaire, puisqu'il semble qu'il ne sera pas nécessaire d'aller au-delà (si j'ai bien compris).
    A vouloir jouer franc-jeu et être légaliste face à un père qui abuse, vous n'allez pas être de force...
    Faites la sourde oreille dans ce cas précis et effectivement, préparez toutes les preuves et documents nécessaires pour demander une audience en vue de la réduction de son autorité quand vous serez bien prête.
    Dernière modification par Biloba ; 04/04/2014 à 09h25.

  20. #20
    Pilier Junior

    Infos >

    Citation Envoyé par Biloba Voir le message
    Moi, je ferais preuve de fermeté vis-à-vis de ce père qui met systématiquement des bâtons dans les roues. Pourquoi serait-ce à gloria63 de demander une nouvelle audience ? Si le père tient tellement à faire appliquer ses directives, qu'il le fasse, lui ! Le JAF sera sûrement ravi de connaître les arguments contre le suivi par une personne recommandée par lui et qui semble bénéfique à l'enfant.
    En ce qui concerne l'immédiat, si le psychologue a reçu une lettre simple de la part du père, pourquoi serait-il obligé d'en tenir compte ? D'une part, aucun moyen de prouver qu'il a effectivement reçu quoi que ce soit si pas en LRAR. D'autre part, pourquoi l'autorité paternelle prendrait-elle le pas sur l'autorité maternelle ? Le suivi se poursuit jusqu'à la fin de l'année scolaire, puisqu'il semble qu'il ne sera pas nécessaire d'aller au-delà (si j'ai bien compris).
    A vouloir jouer franc-jeu et être légaliste face à un père qui abuse, vous n'allez pas être de force...
    Faites la sourde oreille dans ce cas précis et effectivement, préparez toutes les preuves et documents nécessaires pour demander une audience en vue de la réduction de son autorité quand vous serez bien prête.
    Vous n'avez donc rien lu.

  21. #21
    Pilier Sénior

    Infos >

    C'est un peu court.... Et si, j'ai bien lu et pris en compte les différents avis. je donne le mien, ne vous en déplaise.

  22. #22
    Membre Cadet

    Infos >

    bonjour,

    je vous remercie pour vos réponses, je vais lui écrire pour lui proposer que notre fils termine les quelques séances qu'il reste avec ce psy, lui proposer de venir au dernier rdv où nous ferons le point avec le psy et si notre fils devait continuer un suivi lui proposer de chercher un ensemble un nouveau psy. on verra bien!

  23. #23
    Membre

    Infos >

    Bonjour,
    En tant que tuteur légal vous avez le droit de l'emmener voir le psy que vous souhaitez pendant votre temps de garde. Si votre mari veut vous en empêcher, il doit porter plainte contre le psychologue en ayant une bonne raison. Après ce serait peut être de vous arranger pour ne blesser personne...

Discussions similaires

  1. [Vie commune, Rupture] Désaccord concernant le choix du lycée / parents divorcés
    Par caro95 dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 4
    Dernier message: 08/01/2016, 08h40
  2. [Parents et Enfants] Séparation : un enfant peut il consulter un psy sans l'accord de l'autre parent
    Par pourluivaucluse dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 5
    Dernier message: 13/12/2015, 16h53
  3. [Parents et Enfants] Est-ce qu'un psy à le droite de prendre partie par écris sur la garde d'un enfant ??
    Par arpi69 dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 3
    Dernier message: 06/07/2015, 08h21
  4. [Parents et Enfants] de psy en psy
    Par Valinco dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 3
    Dernier message: 11/05/2010, 20h09
  5. [Vie commune, Rupture] enqête sociale et médico-psy pour garde d'enfant
    Par Sanne dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 13
    Dernier message: 01/12/2005, 13h12