Affichage des résultats 1 à 17 sur 17

Discussion : Parents quelque peu oppressants

  1. #1
    Membre Benjamin

    Infos >

    Bonsoir,
    je me tourne vers une communauté de juristes car je ne sais pas vraiment où chercher la solution de mon problème, ni vers quel code me vouer.
    Voici le problème : Une amie majeure, possédant la nationalité française, étudiante, est complètement soumise aux règles de ses parents d'origine étrangère et possédant également la nationalité française. Jusqu'à peu c'était embêtant, mais là ca prend des proportions qui dépassent le simple embêtement. Je ne vais pas entrer dans les détails afin d'optimiser l'anonymat de la personne et vais donc m'en tenir aux différents problèmes de droit que j'ai relevé et auxquels je n'ai pas de réponses certaines.
    Les parents de cette amie refusent depuis peu qu'elle aille en cours à l'université, refusent qu'elle voit son petit ami avec qui elle est depuis 4ans, et veulent la marier "au pays".
    Ses parents possèdent une procuration sur les comptes bancaires de mon amie et menacent de lui couper les vivres s'il lui prenait l'envie de partir.
    Ma question est simple, que peut elle faire pour s'émanciper sans pour autant complètement couper les ponts avec ses parents auxquels elle tient malgré tout.
    N'hésitez pas à poser des questions supplémentaires si besoin.
    Merci d'avance pour vos réponses.

  2. #2
    Pilier Sénior

    Infos >

    Qu'elle leur parle !! Une procuration, ça se révoque ! Elle n'a qu'à leur dire qu'elle est adulte maintenant et veut se débrouiller seule. Donc, elle va se chercher un boulot chez Mac'Do pour vivre et s'inscrire à l'université. Quant à sa vie, c'est à elle de choisir ses amis, ses petits amis et ses maris. C'est ainsi en France !! Mais elle les aime quand mëme et ne veut pas couper les ponts (espèrons que le "grand frère" n'aura pas envie de lui couper autre chose).

  3. #3
    Azukiyo
    Visiteur
    dans un premier temps elle peut et je dirai même , elle doit vote resilier la procuration sur ses comptes bancaires
    quant au reste elle est majeure et sur le plan legal elle peut faire ce qu'elle veut
    si elle vit chez ses parents ce ne sera pas facile

  4. #4
    Membre Benjamin

    Infos >

    Fabermorcar : L'excision n'est pas à l'ordre du jour. Elle n'est pas issue d'une famille musulmane extrémiste, mais d'une bonne famille de catholique. Des personnes dérangées, il y en a de tous les bords.

    Concernant la Procuration, je me doute qu'elle peut la révoquer puisque par définition c'est elle qui donne le droit d'accès à son compte. Si elle le donne, elle doit pouvoir le révoquer. Je l'ai plus indiquer pour montrer combien ses parents sont présents dans sa vie.
    L'idée de s'émanciper est naturellement très séduisante, mais elle suit des études qui ne lui permettent franchement pas d'avoir assez de temps pour avoir un petit emploi à coté. Tout juste a t elle une bourse pour ses dépenses personnelles. Donc de ce côté ci elle est liée à ses parents tant qu'elle ne pourra pas s'assumer financièrement. Quant à leur parler pour les raisonner, autant s'adresser à un mur ! Ils ne sont pas franchement séduit par les idées libertaires de notre pays (enfin, ce qu'il en reste). Puisqu'ils ne sont pas sensible à la philosophie des Lumières du point de vue Liberté, j'ai pensé à les y sensibiliser du point de vue Droit, et c'est pour ca que je suis là. Je cherche un arsenal juridique de texte qui définissent leurs obligations vis à vis de l'enfant majeur et capable. Grosso modo, j'aimerai me procurer de quoi leur mettre un coup de pression législatif pour qu'il la laisse un peu vivre sa vie.

  5. #5
    Pilier Sénior

    Infos >

    Je ne crois pas que la pression législative exercée de cette façon puisse avoir une quelconque influence sur ce qui est d'ordre passionnel.
    Obtenir la confiance des parents, leur témoigner le respect qu'ils attendent tout en maintenant fermement les objectifs essentiels me paraissent plus propices pour gagner du temps.
    Et les objectifs essentiels sont: les études et ne pas se retrouver mariée malgré soi.
    Pour ce qui est de la révocation de la procuration, il faut être vigilant.
    Mes enfants, très largement adultes ont depuis bien longtemps révoqué celles que j'avais sur leurs comptes. Il n'empêche que chaque année, je reçois un relevé de leur situation bancaire, comme s'ils avaient encore 20 ans.
    Il me paraitrait plus prudent d'ouvrir un autre compte, ds une autre banque et de demander à recevoir un relevé mensuel électronique. Pas de trace papier.
    Ne tirez pas sur le pianiste, le suivant pourrait être pire.

  6. #6
    Azukiyo
    Visiteur
    Citation Envoyé par Sardineb Voir le message
    Mes enfants, très largement adultes ont depuis bien longtemps révoqué celles que j'avais sur leurs comptes. Il n'empêche que chaque année, je reçois un relevé de leur situation bancaire, r.
    Et pourquoi? il n'y a aucune raison que vous receviez ce relevé annuel

  7. #7
    Pilier Sénior

    Infos >

    Puisque vous évoquez par un mot précis un sévice extrémiste, j'avoue que je pensais à la lapidation (une vidéo circule en ce moment, c'est immonde).

    Concernant votre idée de leur asséner un arsenal juridique, si j'étais vous, j'y renoncerais. Si les parents aiment mal leur fille (de votre point de vue et de celui de la fille probablement), c'est par les sentiments seulement que vous arriverez à quelque chose. La justice, le judiciaire ne vous sera pas d'un grand secours.

    ---------- Message ajouté à 09h16 ---------- Précédent message à 09h13 ----------

    Lacune de la banque probablement pour le relevé annuel ! Mais cela vous rassure certainement et cela ne doit pas déranger vos enfants ? dans le cas contraire, il suffirait de demander à la banque de supprimer cet envoi annuel.
    Dans le cas qui nous concerne ici, changer de banque ne serait pas à mon avis une mesure de nature à confirmer la confiance des parents.
    Dernière modification par Fabermorcar ; 18/10/2010 à 09h18.

  8. #8
    Pilier Sénior

    Infos >

    Citation Envoyé par Fabermorcar Voir le message
    Lacune de la banque probablement pour le relevé annuel ! Mais cela vous rassure certainement et cela ne doit pas déranger vos enfants ? dans le cas contraire, il suffirait de demander à la banque de supprimer cet envoi annuel.
    Dans le cas qui nous concerne ici, changer de banque ne serait pas à mon avis une mesure de nature à confirmer la confiance des parents.
    Surement lacune des banques...tout le monde s'en fiche dans la mesure où personne n'a plus de comptes à rendre à personne!
    Nous n'avons pas l'argent secret, chez nous!

    Dans ce cas précis, je ne pensais pas à un changement de banque mais à avoir un compte supplémentaire, inconnu de la famille et le restant, celui là.
    Ne tirez pas sur le pianiste, le suivant pourrait être pire.

  9. #9
    Membre Benjamin

    Infos >

    Je ne pense pas que le sentimentalisme soit d'un quelconque secours. Parler ne sert vraiment pas à grand chose tant ils sont ancrés dans leur tradition. Le dialogue ne résoudra strictement rien du tout. Pour ca que je me tourne vers l'argumentaire juridique. S'ils ne sont pas obliger d'écouter les supplications de leur fille, ils seront bien obligés de respecter la loi française...

  10. #10
    Pilier Sénior

    Infos >

    Citation Envoyé par Sardineb Voir le message
    Dans ce cas précis, je ne pensais pas à un changement de banque mais à avoir un compte supplémentaire, inconnu de la famille et le restant, celui là.
    C'est aussi ainsi que j'avais interprété vos dires.
    Citation Envoyé par mara Voir le message
    L'idée de s'émanciper est naturellement très séduisante, mais elle suit des études qui ne lui permettent franchement pas d'avoir assez de temps pour avoir un petit emploi à coté. .
    Là, votre amie a clairement un choix à faire. L'émancipation a un prix. Si votre amie prouve qu'elle peut s'en sortir sans ses parents par un petit boulot, quitte à ralentir le rithme de ses études, elle leur prouvera aussi qu'elle n'est pas le parti idéal pour le prétendant qu'ils lui avaient choisi.
    Vouloir de l'aide financière des parents, sans vouloir couper les ponts et sans vouloir accepter leurs conditions, quand on est majeur, relève d'une certaine incohérence que j'appelle vouloir le beurre et l'argent du beurre. Par contre, laisser la porte ouverte, mais imposer ses choix est plus difficil au départ, plus confortable ensuite.
    Dernière modification par Maria-c ; 31/10/2010 à 10h41.

  11. #11
    Pilier Sénior

    Infos >

    Alors, si le dialogue est impossible, il faut qu'elle ait le courage d'imposer sa volonté. Cher parents, je vous aime, mais je ne peux pas vivre comme vous voulez me l'imposer. Je veux faire les études qui me plaisent, et si vous n'êtes pas d'accord, je me débrouillerai pour les financer seule, je veux épouser qui je veux, et si vous ne voulez pas le recevoir chez vous, il faudra que j'espace mes visites, à mon grand regret, mais c'est ma vie...
    A-t-elle ce courage, cette détermination ou veut-elle juste qu'on lui paie ses études, ses sorties, et qu'on ne l'embête pas avec un mode de vie qu'elle juge surrané ??

  12. #12
    Membre Benjamin

    Infos >

    Un job ne lui permettrait pas de pouvoir vivre de façon indépendante. C'est pas en travaillant 20 par semaine chez Mc Do qu'on peut se permettre de louer quoique ce soit et encore moins de subvenir à ses besoins essentiels. Quant à ces 20H de travail hebdomadaires, je n'ose imaginé l'impact que cela aurait au niveau de ses études. Bref, partir serait une vraie catastrophe. Sans vouloir le beurre et l'argent du beurre, il lui faut juste un peu plus de liberté. Cela ne passe pas par de folles dépenses puisqu'elle ne sort quasiment jamais de chez elle. Elle s'est même perdue dans le métro à Paris lors d'une de ses rares sorties, c'est pourtant compliqué de se perdre la dedans !
    Et je sais que la loi impose aux parents de subvenir aux besoins de leur enfant, même majeur, tant que celui ci n'est pas capable de s'assumer. C'est son cas à ce jour, donc ils ont l'obligation de lui venir en aide. Ce que je ne sais pas, c'est où cela est il inscrit, et même après quelques recherches sur google, je ne trouve rien de précis.
    Puis concernant la possibilité de partir de chez elle, je rappelle qu'elle reste tout de même attachée à ses parents, donc elle n'a pas du tout la détermination de partir de chez elle tant qu'elle n'aura pas de quoi vivre. Elle veut juste avoir un mode de vie normal pour l'instant, en gros que ses parents arrêtent de "l'embêter" avec leurs traditions qu'elle ne partage pas et qui sont, par ailleurs, réprimées par la loi.

  13. #13
    Pilier Sénior

    Infos >

    Non, avoir des traditions n'est pas réprimé par la loi ! Vous vous trompez !
    La loi impose aux parents de subvenir aux besoins élémentaires de leurs enfants, certes, mais pas de leur payer des études, et de les laisser sortir le soir, de tolérer leurs amis ou leurs petits amis...
    Beaucoup aimeraient avoir 20 h par semaine chez mac do. Même si je ne lui conseille pas de partir de chez ses parents, si elle essaie de leur prouver qu'elle est responsable en trouvant un petit boulot, peut-être... Mais si vous n'êtes pas convaincue qu'il faut encore essayer de dialoguer, ce n'est pas la peine de poursuivre ce débat. Si vous voulez leur dire "la loi 123456 vous impose de payer les études de votre fille et de lui laisser fréquenter le petit ami qu'elle souhaite"... vous êtes "mal barrée" (excusez l'expression), cela n'existe pas. Encore heureux dirai-je !

  14. #14
    Pilier Sénior

    Infos >

    En fait, la loi française impose aux parents de subvenire aux études de leurs enfants, mais pas à leur établissement par mariage ou autrement (article 203 et 204 du code civil). Donc, le petit copain est l'intrus à faire capoter toute demande d'aide alimentaire devant un juge.
    De plus l'aide alimentaire accordé par les juges aux enfants dans ce cadre excède rarement 200€, ce n'est pas le Pérou, et bien moins que 20h au Mc Do, mais peut se cumuler avec 20h de Mc Do et commence alors à reprsenter des subsides intérressants, joints aux allocations logement, pour poursuivre des études. (saud si ka situation des parents est vraiment florissante)

    Je suis vraiment surprise de constater que ce qui nous semblait normal à mon époque (bosser pour payer ses études) semble aussi ahurissant aujourd'hui, mais c'est, à ma connaissance la seul solution à "je ne veux plus accepter le dictat de mes parents". Loin de moi de dire que le désir d'indépendance est anormal, je suis passée par là. Il est encore beaucoup plus justiifé quand, en plus, les demandes des parents sont exorbitantes, comme vouloir marier leur fille au pays. Mais aller contre la volonté des parents exige aussi de prendre une indépendance relative financière et par un job.

  15. #15
    Membre Benjamin

    Infos >

    Bosser pour payer ses études n'est pas ahurissant du tout, seulement il faut en avoir le temps. Arrivé à un certain niveau d'étude, il faut faire un choix entre les deux, mais les deux ne sont plus conciliables.
    Concernant les traditions, il me semble que le mariage forcé est réprimé par la loi. Donc la loi réprime certaines traditions. Syllogisme simple, qui ne me parait pas erroné. Pour le petit ami, c'est subsidiaire, cela fait 4ans qu'ils sont ensemble, jusque là ils vivaient très bien cachés, ils continueront à vivre cacher tant qu'elle ne sera pas indépendante. L'histoire du petit ami était plus l'illustration du mode de pensé des parents qu'un problème à résoudre. Le problème concerne plus les histoires de mariage forcé, d'isolement social et d'interdiction de se rendre à la fac...
    Maria vous me donnez enfin un début d'assise juridique que je cherche, merci beaucoup ! Néanmoins, n'existe t-il pas un article qui définit précisément les devoirs et obligations des parents vis à vis de l'enfant, même majeur ?

  16. #16
    Pilier Sénior

    Infos >

    Citation Envoyé par mara Voir le message
    Concernant les traditions, il me semble que le mariage forcé est réprimé par la loi.
    C'est pour cela que nos aînés en France ont tourné la difficulté en l'appelant "mariage arrangé" et il était très courant en France jusqu'au 19ème siècle. Mais il a continué durant la première moitié du vigtième siècle et ses derniers soubressaux sont visibles dans les film (certains De Funès par exemple)

    Alors très loin de moi de dire qu'il faut accepter un marriage forcé. Mais nos mères et nos grands mères nous apprenaient, elles qui avaient du lutter contre le phénoimène, que face à la détermination des parents, un seul remède, la fuite. L'avantage étant qu'à partir du 20ème, il était en général assez simple de trouver une grand-mère ou une tante pour vous accueillir. Et c'est l'unique sens de mes propos. Face à une pression de la famille, c'est souvent la seule solution permettant de résister au quotidien. Face au mariage forcé, il n'y a pas beaucoup de solutions à l'intérieur de la famille.

    Bien sûr, il y a aussi le droit de dire "non" à l'église, puisqu'il s'agit d'une famille de tradition catholique. C'est vraiment beaucoup plus difficil.

    Pour votre question, oui, l'obligation éducative existe en France, c'est l'article 213 du code civil quand les parents sont mariés et non divorcés. Il y a aussi plein d'articles sur l'interdiction du mariage forcé à partir de l'article 180 du code civil.

    Mais il faut aussi que vous réalisiez que les parents n'ont aucune obligation d'accueillir sous leur toit leur enfant majeur, quelles que soient leurs raisons. Voila pourquoi les aînées de ce forum vous répondent quu'il faut être déjà capable d'avoir fait le choix dans sa tête. Mais vouloir garder de bonnes relations avec sa famille et refuser un mariage forcé, nous ne connaissons d'expérience qu'une seule voie, la voie de l'autonomie financière. Prouver ainsi à la famille qu'elle a tort et que vos choix sont respectables et vous permettent de vivre même sans leur aide. C'est à ce prix que sont venus, au siècle passé, les réconciliation.

    Et bosser en poursuivant ses études, cela se fait à n'importe quel niveau, ne vous en déplaise. Même si cela n'est pas facile, même si cela suppose de multiplier par deux au moins la durée des études. Et encore, il existe aujourd'hui les prêts étudiants qui n'existaient pas à mon époque.
    Dernière modification par Maria-c ; 05/11/2010 à 08h39.

  17. #17
    Membre Junior

    Infos >

    Je pense également que la dimension législative trouve ses limites dans ce genre de situation. La loi dit ce qu'elle dit, et il est parfois bien de le rappeler, mais il y a un fossé entre ce qui est énoncé et ce qui est applicable. Ce qu'il faut dans un premier temps, c'est rappeler les principes qui font d'elle une personne relativement libre (on ne l'est jamais totalement), dans tous les cas complètement émancipée. Également prendre le temps de parler, d'égal à égal, en laissant chacun s'exprimer mais sans pour autant laisser de place à une quelconque prise de position dominante de la part de l'un ou l'autre. Et si vraiment la discussion ne débouche sur rien, saisir les services sociaux ; le CROUS dispose de travailleurs sociaux, la mairie et son centre d'action sociale aussi. Mais, par expérience, il suffit souvent d'être ferme tout en restant correct, d'exposer clairement ses arguments pour parvenir à un consensus.

Discussions similaires

  1. [Parents et Enfants] Comment faire pour donner la garde de mes enfants à mes parents en cas où il m'arrive quelque chose.
    Par nath 33 dans le forum Personne et Famille
    Réponses: 1
    Dernier message: 11/02/2013, 13h05
  2. [Voisinage] des voisins quelque peu voyeurs?
    Par Galopa dans le forum Immobilier
    Réponses: 11
    Dernier message: 27/02/2008, 11h42
  3. [Mon Employeur] Bulletin salaire, y'a quelque chose qui cloche!
    Par Lilas34 dans le forum Travail
    Réponses: 5
    Dernier message: 08/09/2005, 01h06
  4. [Mon Employeur] Dois-je me déclarer ou déclarer quelque chose ??
    Par Aquadav dans le forum Travail
    Réponses: 3
    Dernier message: 22/01/2005, 16h51