Affichage des résultats 1 à 19 sur 19

Discussion : Proteger un code source

  1. #1
    Membre Cadet

    Infos >

    Bonjour,

    J'ai élaboré un logiciel Java et je souhaiterais en protéger le code source. C'est-à-dire faire en sorte que si une entreprise utilise mon code source, je puisse agir avec une preuve d'antériorité.

    Malheureusement, je suis étudiant et je n'ai pas 400€ à mettre dans une prestation de notaire. Y a-t-il des moyens plus abordables de créer une preuve d'antériorité sur un code source ?

    Merci d'avance

  2. #2
    Membre Exclu des Forums

    Infos >

    Vous mettez toutes les sources ayant servies à l'élaboration de votre logiciel (images, code, sauvegardes du logiciel dont vous vous êtes éventuellement servis) sur une clé USB, disque dur externe, que vous vous envoyez en courrier recommandé avec AR. Courrier, qui à réception, vous n'ouvrez surtout pas.
    L'oblitération postale attestant donc de la date d'envoi et de celle de réception, vous pourrez mettre en évidence l'antériorité de vos sources (code compris)
    Cout: prix du support de stockage amovible + frais du pli recoAR et assurance liée (R1, R2, R3).

  3. #3
    Membre Cadet

    Infos >

    OK juste une question, ne faut-il pas cacheter la lettre de manière spéciale ? Parce que sinon c'est facile, je m'envoie une lettre à peine cacheté et je mets ce qu'il faut dedans après.
    J'avais entendu parlé de cette méthode mais c'est tellement simple, ça tient vraiment devant un juge ?
    Dernière modification par Ceubex ; 02/06/2011 à 19h55.

  4. #4
    Pilier Sénior

    Infos >

    Vous imprimez tous les codes source et vous les mettez à l'abri dans une enveloppe Soleau de l'INPI. Coût 15 euros + les coûts d'impression
    Vous ne pouvez mettre que des documents papier dans une telle enveloppe (texte, plan, schémas) donc pas de cle USB.
    Tout est expliqué sur le site de l'INPI
    Les bonnes décisions sont issues de l'expérience. L'expérience est issue des mauvaises décisions. Mark Twain

  5. #5
    Membre Cadet

    Infos >

    Merci pour l'info mais je crois que ça ne sera pas possible à cause de cette contrainte :
    "l’enveloppe ne doit pas dépasser 5 mm d’épaisseur: vous ne pouvez introduire dans chacun des deux compartiments qu’un maximum de 7 feuilles au format A4."

  6. #6
    Pilier Junior

    Infos >

    Vous savez, je suppose, modifier la taille des caractères dans un fichier texte et réduire les marges
    7 feuilles recto-verso, imprimée en petit, déjà ça en fait (et le papier à listing c'est bien plus fin que les feuilles normales, donc on en met plus)
    Et c'est 15 euros l'unité, vous pouvez en prendre plusieurs

    C'est un bien meilleur moyen que l'idée bancale de la LRAR (et si vous la perdez, si vous vous faites cambrioler)
    L'idéal est de contracter avec l'entreprise en question.

  7. #7
    Membre Cadet

    Infos >

    Mais en admettant qu'on ne perde pas la LRAR, c'est vraiment complétement recevable ? Il n'y a jamais de problème avec ce genre de chose ?

  8. #8
    Membre Exclu des Forums

    Infos >

    Pour répondre à votre question concernant l'ouverture post réception, pour palier à cela, il y a geste simple: Faire coller par l'employé(e) des services postaux la souche du recoAR sur le rabat . Cela permet de sceller le pli.
    Quand au fait que ce soit "une idée bancale... il n'y a que ceux qui ne l'ont jamais utilisée qui se permettent de la critiquer.

    C'est recevable auprès des tribunaux, au motif du fait qu'un courrier recoAR à une valeur juridique, contrairement à toute autre forme de plis postaux.
    Après, certes, il vous faut mettre en sécurité le dit pli, à l'abri d'éventuels sinistres (feu, eau...), mais là, c'est à vous de voir.

    Sur la recevabilité de cette méthode, et sa fiabilité, Net-Iris regorge de sujets l'abordant, et jusqu'à présent, jamais un seul intervenant n'est revenu avec des propos négatifs... donc, bon....
    Après, c'est à vous de voir.

  9. #9
    Membre Cadet

    Infos >

    Très bien je suis convaincu. Merci pour votre aide !!!

  10. #10
    Pilier Cadet

    Infos >

    Bonsoir,
    selon l'importance de vos codes sources, celà peut faire beaucoup beaucoup de pages !
    mais l'idée de sauvegarder sur un support, je choisirai plutot une carte SD, c'est moins cher , et plus petit et se l'envoyer comme dit plus haut.

  11. #11
    Pilier Junior

    Infos >

    Le plus simple est un dépot à l'AGENCE DE PROTECTION DES PROGRAMMES, c'est l'équivalent d'une société d'auteurs.
    Dans certains marchés publics, ce dépot est exigé pour régler d'avance le problème de l'accès aux sources en cas de disparition du concepteur du logiciel
    Depot logiciel base de donnee

  12. #12
    Membre Cadet

    Infos >

    Merci mais cette solution est aussi la plus chère : 227,24€ TTC

  13. #13
    Asukate
    Visiteur
    et ceci d'autant plus que l'A.P.P. n'est ni un organisme officiel ( puissans publique de type I.N.P.I. ) ni une association ( type syndicat professionnel ) ni une société civile ( type SACEM, SDRM, SACD) mais une simple société privée...........au fait que se passe-t-il en cas de procédure collective contre l'A.P.P.?

  14. #14
    Pilier Junior

    Infos >

    En théorie c'est assez génant, en pratique je constaté que beaucoup de clients, dont des administrations publiques, demandaient un numéro IDDN et un depot APP des sources, alors je le fait et les clients en sont satisfaits. Le fournisseur historique de courant est aussi une société privé, ca n'empêche que comme preuve d'adresse, l'état demande une facture de ce fournisseur y compris pour fabriquer des papiers d'identité officiels...

  15. #15
    Asukate
    Visiteur
    ben voyons.........au fait, qui contrôle le capital du fournisseur officiel ? qui nomme son ou ses dirigeants? Qui valide les résultats, la stratégie, les développements? Posez-vous les mêmes questions pour des sociétés civiles ex SDRM, SGDL, etc........

    posez-vous ensuite les même questions sur l'A.P.P......


    quant au fait que les clients se contentent d'apparence.......cela n'a , hélas, rien de nouveau!!!!!!!!

  16. #16
    Pilier Junior

    Infos >

    Citation Envoyé par Trucherelle Voir le message
    quant au fait que les clients se contentent d'apparence.......cela n'a , hélas, rien de nouveau!!!!!!!!
    Pour tout dire, j'ai la conviction que la protection des sources est essentiellement une question d'apparence; Un logiciel fait largement appel a des bout de code source provenant d'ailleurs, et qui sont modifiés pour s'adapter au problème. Je ne connais pas de developpeurs qui partent de zéro. Rien nest plus simple que rechercher/remplacer le nom des variables, modifier les commentaires et quelques lignes de code et on a un produit "original" pour lequel il faudrait une expertise très lourde si on voulait prouver la contrefaçon.

    C'est la même chose pour les livres, la musique sauf que le livre et la musique sont compréhensible par un magistrat humain (appartenant a l'espèce humaine) dans le cas de l'informatique, il est très facile de brouiller les pistes.

    Les auteurs de logiciel recherchent donc un outil "épouvantail", qui se porte de temps en temps partie civile pour aiguiser ses crocs. Cest le rôle de l'APP, qui ne fait pas très peur aux experts, mais agit sur les béotiens.
    Dernière modification par Jar Jar Binks ; 10/06/2011 à 15h40.

  17. #17
    Asukate
    Visiteur
    mon analyse est tout à fait distincte.......l'utilisa teur paye un montant conséquent pour obtenir le droit d'utiliser, pour ses besoins propres, un progiciel.......il réalise un investissement.......il a besoin de savoir que le code source du progiciel peut continuer d'être utilisé, analysé, developpé, etc. quoi qu'il arrie à son prestataire........ce que cherche le Client, c'est la certitude que son investissement ne va pas être bon à jeter si le prestataire disparait, cesse son activité ........la contrefaçon est un épiphénomène

  18. #18
    Asukate
    Visiteur
    la finalité du sequestre du code-source - et de la documentation, on l'oublie trop souvent - c'est de permettre au client de continuer l'utilisation, la mazintenance corrective, voire évolutive, même en cas de disparition de l'éditeur .......

  19. #19
    Pilier Junior

    Infos >

    Citation Envoyé par Trucherelle Voir le message
    la finalité du sequestre du code-source - et de la documentation, on l'oublie trop souvent - c'est de permettre au client de continuer l'utilisation, la mazintenance corrective, voire évolutive, même en cas de disparition de l'éditeur .......
    Certes, sauf que ce n'est pas la réponse à la question que pose ceubex
    Citation Envoyé par Ceubex Voir le message
    J'ai élaboré un logiciel Java et je souhaiterais en protéger le code source. C'est-à-dire faire en sorte que si une entreprise utilise mon code source, je puisse agir avec une preuve d'antériorité.

Discussions similaires

  1. [Propriété Intellectuelle] Propriété du code source écrit par un salarié pendant le temps libre
    Par Mainma dans le forum Internet, Téléphonie et Prop. intellectuelle
    Réponses: 7
    Dernier message: 06/04/2013, 20h15
  2. [E-Commerce, Internet] copie du code source
    Par lizby1 dans le forum Internet, Téléphonie et Prop. intellectuelle
    Réponses: 3
    Dernier message: 29/08/2011, 14h28
  3. [Propriété Intellectuelle] Cession de code source à une société
    Par yelo dans le forum Internet, Téléphonie et Prop. intellectuelle
    Réponses: 8
    Dernier message: 04/04/2011, 07h49
  4. [Propriété Intellectuelle] Code Source et propriété intellectuelle
    Par Dark Nemo dans le forum Internet, Téléphonie et Prop. intellectuelle
    Réponses: 4
    Dernier message: 15/05/2009, 15h22
  5. [Propriété Intellectuelle] Propriété de code source : entreprise ou prestataire ?
    Par Cleunay dans le forum Internet, Téléphonie et Prop. intellectuelle
    Réponses: 9
    Dernier message: 09/02/2009, 19h07