Je m'interroge aussi sur la possibilité de les laisser en séquestre chez un notaire, ou, si c'est impossible, d'en faire nommer un d'office en justice.