Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion : gestion d'un chemin privé

  1. #1
    Membre Cadet

    Infos >

    Bonjour, je suis propriétaire d'une parcelle désservie par un chemin privé.
    Ce chemin dessert 10 propriétés. Il est dans un état déplorable, et nous n'arrivons pas à nous mettre d'accord pour gérer son entretien...
    Que doit on faire?
    Une ASL? un syndic de gestion?

    D'avance merci!

  2. #2
    Pilier Sénior

    Infos >

    y a t'il un cahier des charges, que dit votre action de propriété sur ce chemin..... servitude ....?
    est ce une chemin ouvert au public ?
    "Partager sa connaissance avec autrui,
    c'est aussi aider un inconnu dans le souci."

  3. #3
    Membre Cadet

    Infos >

    Alors la servitude est régi par un acte notarié.
    Les parcelles initiales ont été divisées, de 3 il y en a 8 aujourd'hui...
    Ma parcelle a permis l'établissement du chemin, j'en ai le droit de jouissance sans en avoir les frais d'entretien ni de construction...
    Le chemin n'est pas fermé pas un portail ou une chaine, en ce sens il est ouvert au public...
    Il n'y a aucun cahier des charges à ma connaissance...

  4. #4
    Pilier Sénior

    Infos >

    Extrait de documentation

    """...Question écrite n° 05717 de M. Jean-Patrick Courtois (Saône-et-Loire - UMP)

    publiée dans le JO Sénat du 29/01/1998 - page 289

    M. Jean-Patrick Courtois appelle l'attention de M. le ministre de l'intérieur quant à l'entretien des chemins de desserte. La voirie communale comprend les voies communales faisant partie du domaine public et les chemins ruraux qui appartiennent au domaine privé de la commune. D'autre part, les voies de desserte des fonds ruraux se divisent entre le réseau public, qui comprend les chemins ruraux appartenant au domaine privé de la commune et qui sont ouverts à la circulation publique et le réseau privé, qui comprend notamment les chemins et sentiers d'exploitation appartenant à des particuliers. Sur les cadastres apparaissent des chemins de desserte, qui partent de la voirie communale, et desservent, aujourd'hui, un ou plusieurs fonds d'exploitation agricole appartenant à un ou plusieurs propriétaires privés. Ils desservent même quelquefois des maisons d'habitation qui ont été achetées à usage de résidence secondaire et qui étaient autrefois des bâtiments d'exploitation agricole. La question de leur entretien n'est pas réglementée précisément et on peut se demander si l'article L. 162-2 du code rural, relatif aux chemins d'exploitation, s'appliquent par extension aux chemins de desserte, et dans ce cas l'entretien incomberait aux propriétaires. Afin de répondre aux maires des communes rurales confrontés aux demandes de certains propriétaires, il souhaiterait savoir quelle est la réglementation qui s'applique pour l'entretien de ces dits chemins et plus particulièrement à qui en revient la charge.
    Transmise au ministère : Agriculture



    Réponse du ministère : Agriculture

    publiée dans le JO Sénat du 04/06/1998 - page 1773

    Réponse. - Les chemins de desserte de fonds privés qui figurent au cadastre ne sont pas définis par le code rural ni concernés par des dispositions spécifiques. Toutefois, deux cas semblent pouvoir être considérés. Si le chemin est affecté à l'usage du public, les dispositions de l'article L. 161-3 du code rural s'appliquent. Le chemin est présumé appartenir à la commune, sauf preuve du contraire apportée par un titre de propriété. Dans ce cas, les frais d'entretien de ce chemin incombent à la commune. A l'inverse, si le chemin est affecté plus particulièrement à l'usage des propriétaires riverains, les dispositions de l'article L. 162-1 du code rural attribuent aux riverains la propriété de ce chemin, en l'absence de titre de propriété. En conséquence, en application des dispositions de l'article L. 162-2 du code rural, lesdits propriétaires sont tenus de contribuer, dans la proportion de leur intérêt, aux travaux d'entretien de ce chemin. Cette situation ambiguë n'existe pas dans les communes qui ont fait l'objet d'une opération de remembrement puisque, dans ce cas, les chemins sont nécessairement inclus dans le compte d'un propriétaire, personne physique ou morale, qui est responsable de leur entretien....."

    Ce que disent les articles sus visé :
    Article L162-1 du code rural

    Les chemins et sentiers d'exploitation sont ceux qui servent exclusivement à la communication entre divers fonds, ou à leur exploitation. Ils sont, en l'absence de titre, présumés appartenir aux propriétaires riverains, chacun en droit soi, mais l'usage en est commun à tous les intéressés. L'usage de ces chemins peut être interdit au public. Article L162-2

    Tous les propriétaires dont les chemins et sentiers desservent les fonds sont tenus les uns envers les autres de contribuer, dans la proportion de leur intérêt, aux travaux nécessaires à leur entretien et à leur mise en état de viabilité. Article L162-4

    Dans les cas prévus à l'article L. 162-2, les intéressés peuvent toujours s'affranchir de toute contribution en renonçant à leurs droits soit d'usage, soit de propriété, sur les chemins d'exploitation.."





    Donc à priori, et selon les actes de chacun, s'il s'agirait d'un chemin privé... voilà ce qu'en dit la loi....à volus tous d'en discuter selon vos obligations de propriétaires, bénéfi ce de servitude etc....

    Vous pouvez aussi voir avec le maire éventuellement le transfert du chemin privé à la commune, puisqu'à priori ouvert à la circulation publique, sur la base de ces articles :
    Article L318-3 du code de l'urbanismeModifié par LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - art. 242
    La propriété des voies privées ouvertes à la circulation publique dans des ensembles d'habitations peut, après enquête publique ouverte par l'autorité exécutive de la collectivité territoriale ou de l'établissement public de coopération intercommunale et réalisée conformément au code de l'expropriation pour cause d'utilité publique, être transférée d'office sans indemnité dans le domaine public de la commune sur le territoire de laquelle ces voies sont situées.

    La décision de l'autorité administrative portant transfert vaut classement dans le domaine public et éteint, par elle-même et à sa date, tous droits réels et personnels existant sur les biens transférés.

    Cette décision est prise par délibération du conseil municipal. Si un propriétaire intéressé a fait connaître son opposition, cette décision est prise par arrêté du représentant de l'Etat dans le département, à la demande de la commune.

    L'acte portant classement d'office comporte également approbation d'un plan d'alignement dans lequel l'assiette des voies publiques est limitée aux emprises effectivement livrées à la circulation publique.

    Lorsque l'entretien des voies ainsi transférées entraînera pour la commune une charge excédant ses capacités financières, une subvention pourra lui être allouée suivant les formes de la procédure prévue à l'article 248 du code de l'administration communale."



    Article R*318-10 du mme code

    L'enquête prévue à l'article L. 318-3 en vue du transfert dans le domaine public communal de voies privées ouvertes à la circulation publique dans un ensemble d'habitation est ouverte à la mairie de la commune sur le territoire de laquelle ces voies sont situées.

    Le maire ouvre cette enquête, après délibération du conseil municipal, le cas échéant à la demande des propriétaires intéressés.

    Le dossier soumis à l'enquête comprend obligatoirement :

    1. La nomenclature des voies et des équipements annexes dont le transfert à la commune est envisagé ;

    2. Une note indiquant les caractéristiques techniques de l'état d'entretien de chaque voie ;

    3. Un plan de situation ;

    4. Un état parcellaire.

    Le conseil municipal doit donner son avis sur ce projet dans un délai de quatre mois.

    Avis du dépôt du dossier à la mairie est notifié dans les conditions prévues par l'article R. 141-7 du code de la voirie routière aux personnes privées ou publiques propriétaires des voies dont le transfert est envisagé.

    L'enquête a lieu conformément aux dispositions des articles R. 141-4, R. 141-5 et R. 141-7 à R. 141-9 du code de la voirie routière.

    Les dispositions de l'article R. 318-7 sont applicables à l'enquête prévue par le présent article.



    Article R*318-11 L'opposition des propriétaires intéressés visée au troisième alinéa de l'article L. 318-3 doit être formulée, au cours de l'enquête prévue à l'article R. 318-10, dans les conditions fixées à l'article R. 141-8 du code de la voirie routière.







    Par ailleurs
    Dernière modification par Sudmanche ; 27/09/2010 à 16h50.
    "Partager sa connaissance avec autrui,
    c'est aussi aider un inconnu dans le souci."

Discussions similaires

  1. [Travaux et Construction] Chemin RURAL ou chemin privé
    Par fidji06500 dans le forum Immobilier
    Réponses: 9
    Dernier message: 25/06/2016, 15h15
  2. [Propriétaire et Locataire] Chemin de servitude sur terrain privé devenu chemin rural
    Par Mc88 dans le forum Immobilier
    Réponses: 12
    Dernier message: 24/05/2016, 21h52
  3. [Voisinage] chemin privé et chemin d'exploitation
    Par vero1971 dans le forum Immobilier
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/02/2014, 14h44
  4. [Citoyens et Administration] Chemin privé ou chemin communal ?
    Par Bora dans le forum Rapports à la société
    Réponses: 7
    Dernier message: 02/04/2013, 09h45
  5. [Citoyens et Administration] droit immobilier: chemin privé/chemin public
    Par Gabri dans le forum Rapports à la société
    Réponses: 2
    Dernier message: 25/05/2007, 15h05