Bonjour,

J'ai entièrement fait refaire une studette en 2012 (création de salle d'eau avec WC, etc.) puis je l'ai mise en location jusqu'à sept 2017. Au départ de ma locataire, je vois que les murs sont couverts d'humidité et de salpêtre... Déclaration de dégât des eaux à l'assurance, recherche de fuite (localisée derrière le carrelage de la salle d'eau), réparation et remise en état de la studette.

En février 2018, je la récupère toute propre, avec juste quelques cloques sur la peinture fraiche. Je la remets en location, tout en signalant tout de même à mon assurance la présence de ces cloques. Une nouvelle expertise est faite (2ème), qui conclut que l'entreprise qui a fait la remise en état a repeint sur un mur encore humide (après avoir quand même facturé à l'assurance 800€HT la location d'un déshumidificateur...).

Au fil du temps, ma locataire m'indique que les murs sont de nouveau très très humides et les photos qu'elle m'envoie sont catastrophiques !! Un des murs est enterré (quartier Montmartre) et je me demande si l'humidité ne viendrait pas de ce mur enterré ! Sachant que j'ai acheté cette studette en 2003 et qu'elle n'a jamais présenté d'humidité...

Ayant recontacté mon assurance, ils me demandent de faire déclarer le dégât des eaux par ma nouvelle locataire en mettant une date de sinistre au 30 avril (date de la dernière expertise) pour le différencier du premier sinistre. Mon souci est que le mur présentait déjà quelques cloques d'humidité à l'entrée de ma locataire (décrites sur l'état des lieux) et qu'elle n'y est pour rien ! Elle n'a pas subi de perte proprement dite (meubles, vêtements endommagés par l'humidité).

Mes questions :
Est-ce qu'il ne s'agirait pas d'un faux en disant que le sinistre date du 30/04 alors que l'état des lieux mentionne déjà cette humidité (bien moindre) deux mois auparavant ?

- Quel est le risque pour elle de faire cette déclaration (je ne veux pas la mettre dans l'embarras! Je suis déjà très gênée de lui louer la studette dans cet état - même si je lui ai baissé son loyer -)?

- Quelle autre solution serait possible?

Je précise que le syndic fait la sourde oreille aux courriers de l'expert qui demande sa présence aux expertises (surtout si la butte est en cause comme semble le suggérer une 3ème expertise)

Merci pour vos réponses, nous sommes vraiment désemparées, autant ma locataire que moi!

DM