Vos question à l'Avocat
Discussion fermée
Résultats 1 à 3 sur 3

demission, fin de congé maternité et assedic

Question postée dans le thème Organismes Sociaux sur le forum Travail.

  1. #1
    Membre
    Ancienneté
    avril 2006
    Messages
    1
    bonjour a tous.

    voila le problème. J'ai l'intention de démissionner, comme la loi m'y autorise, dans un délais de 2 semaines avant la fin de mon congé maternité. Suite a cette démission, je voudrais savoir si je peux prétendre a mes droits au assedics. MAIS, et je vous invite a lire le texte ci dessus....

    Démission à l'issue du congé de maternité ou d'adoption
    Par ailleurs, vous pouvez démissionner sans avoir à effectuer un préavis, ni à payer d'indemnités de rupture pour élever votre enfant:
    • soit à l'issue de votre congé de maternité ou d'adoption,
    • soit dans les deux mois suivant la naissance ou l'arrivée au foyer de l'enfant.
    Vous devez en informer votre employeur, par lettre recommandée avec accusé de réception, au moins quinze jours avant la fin de votre congé de maternité ou d'adoption.


    La mention ''pour élever votre enfant'' n'est-elle pas pretexte a interprétation de la part des assedics ? car, si j'éléve mes enfants, je ne chercherai pas d'emploi ....
    ce n'est pas la réalité car je profite justement de cette fin de maternité pour quitter mon précédent emploi (infirmière a domicile dans le privé) avec des horaires difficilement comptatible avec mon bébé, pour rechercher un emploi avec des horaires plus stable.. Est-ce défendable, ou est ce que les assedics me chercherons des poux dans la tête
    En vous remerciant tous pour vos réponses.

  2. #2
    Washi
    Visiteur
    Bonjour,

    Effectivement, vous pouvez démissionner à l'issue du congé de maternité ou d'adoption selon la procédure que vous avez indiquée en italique.

    Mais, n’est pas considérée comme légitime la démission pour élever son enfant. Par conséquent vous ne pouvez pas revendiquer le droit aux indemnités Assédic.

  3. #3
    Pepelle
    Visiteur
    Je complète Jexp et vous donne les seuls cas autorisés de démissions légitimes ( et vous n'y trouverez pas votre cas )

    Est réputée légitime, la démission
    a) du salarié âgé de moins de 18 ans qui rompt son contrat de travail pour suivre ses ascendants ou la personne qui exerce la puissance parentale ;
    b) du salarié qui rompt son contrat de travail pour suivre son conjoint qui change de lieu de résidence pour exercer un nouvel emploi.
    Le nouvel emploi peut notamment être occupé à la suite d'une mutation au sein d'une entreprise ;
    il peut être la conséquence d'un changement d'employeur décidé par l'intéressé ;
    il peut correspondre à l'entrée dans une nouvelle entreprise par un travailleur qui était antérieurement privé d'activité ;
    c) du salarié qui rompt son contrat de travail et dont le départ s’explique par son mariage ou la conclusion d'un pacte civil de solidarité entraînant un changement de lieu de résidence de l’intéressé, dès lors que moins de 2 mois s’écoulent entre la date de la fin de l’emploi et la date du mariage ou de la conclusion du pacte civil de solidarité.


    § 2 - Est réputée légitime, la rupture à l'initiative du salarié, d'un contrat emploi-solidarité ou d'un contrat d'insertion par l'activité, d'un contrat emploi jeunes ou d'un contrat d'orientation pour exercer un nouvel emploi ou pour suivre une action de formation.



    Chapitre B

    Sont également considérées comme légitimes, les ruptures à l'initiative du salarié intervenues dans les situations suivantes :


    § 1er - La démission intervenue pour cause de non-paiement des salaires pour des périodes de travail effectuées, à condition que l'intéressé justifie d'une ordonnance de référé lui allouant une provision de sommes correspondant à des arriérés de salaires.


    § 2 - La démission intervenue à la suite d'un acte susceptible d'être délictueux dont le salarié déclare avoir été victime à l'occasion de l'exécution de son contrat de travail et pour lequel il justifie avoir déposé une plainte auprès du procureur de la République.


    § 3 - Le salarié qui, postérieurement à un licenciement ou à une fin de contrat de travail à durée déterminée n'ayant pas donné lieu à une inscription comme demandeur d'emploi, entreprend une activité à laquelle il met fin volontairement au cours ou au terme de la période d'essai n'excédant pas 91 jours.


    § 4 - Le salarié qui justifie de 3 années d'affiliation continue au sens de l'article 3 et qui quitte volontairement son emploi pour reprendre une activité salariée à durée indéterminée, concrétisée par une embauche effective, à laquelle l'employeur met fin au cours ou au terme de la période d'essai avant l'expiration d'un délai de 91 jours.


    § 5 - Lorsque le contrat de travail dit "de couple ou indivisible" comporte une clause de résiliation automatique, la cessation du contrat de travail est réputée légitime si le salarié quitte son emploi :
    - du fait du licenciement ou de la mise à la retraite de son conjoint par l'employeur,
    - ou encore du fait de la cessation anticipée d'activité dudit conjoint au titre de l'Accord national interprofessionnel du 6 septembre 1995 relatif au développement de l'emploi.


    § 6 - La démission du salarié motivée par l'une des circonstances visée à l'article L. 761-7 du code du travail à condition qu'il y ait eu versement effectif de l'indemnité prévue à l'article L. 761-5 du code du travail.


    § 7 - Le salarié qui quitte son emploi pour effectuer une ou plusieurs mission(s) de volontariat pour la solidarité internationale d'une durée minimale d'un an.
    Cette disposition s'applique également lorsque, en cas de force majeure ou du fait du prince, la mission a été interrompue avant l'expiration de la durée minimale.


    § 8 - Le salarié qui a quitté son emploi, et qui n’a pas été admis au bénéfice de l’allocation, pour créer ou reprendre une entreprise dont l'activité a donné lieu aux formalités de publicité requises par la loi, et dont l’activité cesse pour des raisons indépendantes de la volonté du créateur ou du repreneur.


    Signataires : MEDEF, C.G.P.M.E., U.P.A., C.F.D.T., C.F.T.C., C.F.E.-C.G.C.

Discussion fermée
Interrogez un avocat via Wengo

Discussions similaires

  1. démission à la fin congé maternité
    Par Cacou13 dans le forum Travail
    Réponses: 2
    Dernier message: 10/02/2009, 13h41
  2. Assedic en fin de congé maternité
    Par Lily157 dans le forum Travail
    Réponses: 1
    Dernier message: 02/10/2008, 20h45
  3. Assedic et congé maternité
    Par Tite-ninie45 dans le forum Travail
    Réponses: 1
    Dernier message: 07/03/2008, 21h46
  4. Date fin congé maternité ?
    Par Caro33 dans le forum Travail
    Réponses: 5
    Dernier message: 04/01/2008, 21h13
  5. Cdd-congé maternité et Assedic
    Par Thebof dans le forum Travail
    Réponses: 2
    Dernier message: 19/04/2005, 09h41

Règles de publication

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages

  • Règles du forum