Bonjour,

Soit une procédure au TGI avec une assignation depuis début 2016 entre une mère et sa fille.
Depuis fin 2016, la mère (86 ans) est dans une certaine incapacité (Suite AVC). Elle a gardé une conscience partielle, ne parle quasiment plus.
La direction de la structure où elle réside compte déclencher une procédure de mise sous protection. (Mais qui prendra obligatoirement du temps ? ou pas ? )

Cette personne est sensée écrire et lire des lettres recommandées, alors qu'il est évident, vu son état, qu'elle en est incapable.

La fille a un avocat et on va lui exposer la situation mais j'aurais voulu avoir un avis des gens d'ici .

Que doit/va devenir la procédure ?
Y-a-t-il quelque chose à faire contre la personne qui sous prétexte de s'occuper d'elle (plus beaucoup depuis présence en structure) écrit , signe, et lit les LRAR....

Merci